En cas de lien mort, merci de laisser un commentaire

In case of broken link, please leave a comment for a re-upload

mardi 25 juin 2013

THE ADICTS - Live at London's Imperial Ballroom 6th May 1981 Bootleg CDr (aka Kensington 6.3.81 ??)

Je pense qu’on a tous eu notre K7 fétiche, celle qu’on passait en boucle et grâce à laquelle on ne se retrouve pas sur Amazon 25 ans plus tard à cliquer sur "Commander" afin de bénéficier des 20% de remise sur le best-off de Frankie Goes To Hollywood (la durée, le site ainsi que le groupe cités étant bien entendu modifiables selon l’expérience de chacun).
Personnellement, on trouvait le Live And Loud des Adicts sur la face A de cette K7 et tout un tas de singles des Action Pact! sur la face B. Autant dire qu’il y avait pire pour un premier pas dans le punk anglais post-77.
Les Adicts, ça va faire 35 ans que ça dure et faut bien avouer que leur discographie a été en dents de scie durant toutes ces années. Et malgré l’affection que j’ai pour ce groupe, on pourrait même aller à dire que leurs disques indispensables se comptent sur les doigts d’une seule main. A part un léger sursaut avec l’album Twenty-Seven, la cabane était en effet déjà tombée sur le chien dès le milieu des années 80.
J’ai un gros doute sur le bootlog présenté ici. Moi je l’ai chopé sur ebay il y a une paire d’années en version CDr faite bien à l’arrache comme il faut. J’ai certainement perdu 5€ car il devait être trouvable en téléchargement sur le net mais bon, à part la Mule à l’époque, j’étais pas vraiment doué pour dégoter des raretés. Gros doute donc comme le montre le titre du post car si il est indiqué "Live at London’s Imperial Ballroom" sur la jaquette de ma copie et "6th May 1981", les seules traces de bootlegs de cette époque sont celles d’un live "Kensington 6.3.81" avec la même play-list… 2 possibilités : y’a bien 2 bootlegs distincts avec la même play-list (pourquoi pas vu les dates rapprochées), ou alors le type qui vendait le CDr s’est planté sur la date et le London’s Imperial Ballroom est dans le quartier de Kensington. Bon, je penche plutôt sur le fait qu’il n’y ait qu’un seul bootleg et donc que ma copie est bien le Kensington 6.3.81… d’autant plus qu’un type la mis en streaming sur youtube sous ce nom  (enfin, malgré la playlist complète affichée, c'est la version amputée qui semble avoir le plus tournée à l’époque et qui est celle référencée sur Discogs)… mais bon, il est peut-être aussi paumé que moi le gars. Comme tous les liens sont forcément morts, je ne peux rien vérifier et je vais donc rester sur cet avis jusqu’à preuve du contraire.
L’intérêt du bootleg présenté ici est double (pour les fans j’entends…). Tout d’abord, cela semble être l’un des plus vieux témoignages du groupe en live (il semble également exister un live de la même époque au Sea Cadet Hall mais impossible de le choper) qui circulent puisqu’il est antérieur au Live and Loud cité plus haut et datant de 82 (contrairement à ce que disent certaines réédition qui le date de 81), mais surtout il contient 4 titres n’ayant jamais été enregistrés par le groupe. Certes, 2 sont des reprises plus ou moins discutables à savoir le fameux Wild Thing et un titre des Rolling Stones mais on retrouve également les titres Picture et Gimme something to do (même si j’aurais parié que ce dernier était une reprise, il semblerait que non…) dont le groupe à vraisemblablement scellé le sort assez vite.
Pour finir, la qualité du son reste correct pour ce genre de matériel mais sans plus (et quand on voit la courbe d’enregistrement du CDr, on aurait pu s’attendre à pire !).

Certainly one of the earlier live recording of the Adicts currently available.
The interest of this material is the four never released songs recorded here (two original songs and two covers).


Télécharger / Download : THE ADICTS - Live at London's Imperial Ballroom CDr


mercredi 19 juin 2013

WET FURS / MISSING LINKS Split EP (1993)

3ème sortie de la série de splits d'Uncontrolled Records, on retrouve encore une fois cette jolie pochette colorée qui sera la marque de fabrique du label périgourdin (quoi que cette fois-ci les Missing Links on un peu dérogé à la règle en mettant leurs tronches en photo en lieu et place du dessin habituel...signe de l'arrogance de la scène hardcore qu'ils ne tarderont pas à rejoindre ?).
Commençons par les bordelais de Wet Furs dont une partie du line-up, rejoint par deux ex-Camera Silens, formera plus tard les Mush. Ici, Point de rythme lourd comme ces derniers, mais plutôt un punk au chant mélodique agrémenté de petits solos de euh... guitare acoustique ou autre instrument à cordes indéfini mais donnant une touche d'originalité pas désagréable. Bref, une musique plutôt propre comme ce début de post.
Un peu plus de couilles chez les Missing Links même si le registre ici n'est pas encore aussi hardcore que leurs productions suivantes. Une sorte de période de transition pour ce vieux groupe nancéien qui débuta au milieu des années 80 en faisant plutôt dans le rock énergique, pour finir 10 ans plus tard chez Abathrash, la branche à burnes de Boucherie Prod.

2 French bands of melodic punk-hardcore.
Ex-members of Wet Furs will start the band Mush with the bassist and the drummer of Camera Silens.





mercredi 12 juin 2013

NEW BOMB TURKS - Bottle Island EP (1993)

Enfin, Bottle Island, c'est comme ça qu'il est désigné sur Discogs cet EP. Mais bon, il a pas l'air d'avoir vraiment de titre. Je suppose que dans ces cas-là on les nomme ainsi en référence au premier titre afin de les différencier... par contre ce dont je suis sûr, c'est qu'on s'en fout en fait.
1993, l'année New Bomb Turks certainement. Le quatuor vient de dépoussiérer le punk-garage avec son superbe album Destroy-Oh-Boy, les chemises bowling ressortent décomplexées des penderies et les vendeurs de chaussures pointues se frottent les mains. Faut dire qu'il fallait vivre sur une autre planète cette année là (cloclo si tu nous regardes...) pour passer à côté du quatuor. Hormis l'album, ce n'est pas moins de 8 EP et 2 splits qui envahissent les disquaires. Quand on vous dit que les amerloques ne font jamais les choses à moitié.
Avec cette pléthore d'EP, sort tout naturellement en 94 la compilation "Pissing out the poison" histoire de calmer un peu les prix sur le marché de l'occaz... et tout naturellement cette compilation laisse de côté certains titres. C'est donc le cas pour cet EP pour lequel on ne retrouvera que le titre de la face B, une reprise d'un certain Billy Childish... tiens, ce même Billy qui est crédité de l'enregistrement de cet EP, qui s'y l'on en croit le verso de la pochette aurait été fait dans la cuisine du Monsieur et même sur un "demi-piste". Même si cette dernière info peut semble un peu exagérée, il faut bien dire que le son est plus que garage, la pâte du chef se ressent même dans les dissonances de la guitare au son sec comme un coup de trique.
Cela pourrait expliquer que la totalité de l'EP n'est pas été repris dans la compilation, peut-être un peu trop éloigné du reste de la discographie du groupe...
Et on ne méditera jamais assez sur le refrain de leur "Born Toulouse-Lautrec" :
"All work is honorable
Yep art is just a job
Let me spend my paycheck on a beer
No heroes, no leaders, no artists, no gods
I'm a worker, you're a worker
Wouldn't you like to be a worker too?"

Two songs from the precursors of the garage-punk revival in the 90's.
Recorded by the legendary Billy Childish... in his kitchen !





lundi 3 juin 2013

TOY DOLLS - The Toy Dolls Album LP (1982)

Je trouve que ça devient de plus en plus difficile de trouver ce qu'on veut sur le net. Prenez cet album compilation des Toy Dolls par exemple. C'est sûr que ce n'est pas le disque le plus diffusé du trio, mais pour un groupe avec une telle réputation, on aurait pu s'attendre à ce que toute leur discographie soit facilement chopable. Et pourtant en lien direct, entre les hébergeurs qui foutent à la poubelle vos fichiers au bout d'un mois et ceux où il faut s'enregistrer ou bien télécharger des fichiers exécutables douteux, et bien j'vous l'dit mon brave môssieur, c'est le parcours du combattant. J'avais dû réussir à le trouver sur des réseaux peer-to-peer à la grande époque de la Mule mais j'avoue que j'ai laissé tomber ce mode de "piratage" comme dirait notre Hadopi bien aimée. Faudrait p't'être que je m'y remettre un jour tiens...
Bref, les mp3 que j'avais pu me procurer n'étaient pas vraiment de bonne qualité alors comme on est jamais mieux servi que par soit même (j'dit ça mais faudrait voir ce que ça donne avec un valet de chambre), je m'y colle à ripper le vinyle.
Alors, qu'est-ce qu'on trouve sur cette compilation remplie à ras la gueule... et bien l'ensemble des enregistrements (disons "officiels", il doit bien y avoir des trucs inédits qui trainent par-ci par-là) du groupe jusqu'en 1981 soit l'intégralité de leurs deux premiers EP ainsi que leurs apparitions sur diverses compilations. Alléchant tout ça quand on sait que ça nous fait quand même 6 titres au total à nous mettre sous la dent ! 2 titres sur le premier EP, 4 sur le deuxième, 3 titres sur 2 compilations différentes, la magie des mathématiques nous donne bien 6. 
Certains diront que c'est bien suffisant pour du punk à voix de canard mais là on a quand même les précurseurs du genre (y'en a qui kiffe sur le punk à moustache, moi c'est les voix de canards, ça doit être la région qui veut ça). 
Et rien que le fait d'avoir eu les c**** de débouler sur la scène punk anglaise au début des années 80 avec ce concept de musique digne de bande originale de l'Ile aux Enfants pour toxico, tout en étant gaulé en plus comme des cotons tiges, moi je dis respect.

Early stuff of the kings of the british fun-punk.
Compilation of their 2 first EPs and their appearances on compilations until 1981.