En cas de lien mort, merci de laisser un commentaire

In case of broken link, please leave a comment for a re-upload

vendredi 18 décembre 2015

THE BRIEFS - The joy of killing EP (2003)

Sans hésiter, The Briefs aura été pour moi le meilleur groupe de la vague revival Punk 77 qui sévit au début des années 2000... et il risque de le rester encore un bon moment. Certes, les voir avec toute la panoplie pourrait faire d'eux un parfait cliché du genre, mais au moins derrière ça joue ! Et ça a joué du début à la fin. Même si au fil du temps, la hargne et le côté punk ont petit à petit laissé place à des titres un peu plus power-pop (surtout sur le dernier album Steal yer heart), il n'en restait pas moins une succession de tube à chaque sortie... en même temps, avec un premier opus intitulé Hit after hit, on était prévenu !
Pas très étonnant de voir cet EP sortir chez les marseillais de Lollipop Rds qui s’évertueront à sortir tout ce qui pouvait se faire dans le genre dans l'hexagone...quoi qu'il y avait déjà pas mal à faire sur Marseille, la plaque tournante du punk-garage-77 à l'époque (Neurotic Swingers, Hatepinks, ...).
La particularité de ce disque est qu'il n'est composé que de reprises (5 en tout) de titres comportant le mot "Kill". On comprend le titre du EP maintenant...
Premier groupe à passer à la moulinette, The Deadbeats et leur "Kill the hippies" de 1978. Autant dire que cela pose les jalons KBD de ce que va être l'EP.
Ah ben tiens justement, le deuxième titre "I wanna kill my mom" de The Panics figurait sur le KBD #9, comme quoi...
On retourne dans le domaine du connu avec "The Todd killings" des Angry Samoans (j'aurai au moins découvert que le titre est en fait celui d'un film...) et le "Born to kill" des Damned.
Enfin, retour dans l'obscur pour terminer avec la reprise de "Kill" d'Alberto y Lost Trios Paranoias.
Dans l'ensemble ces reprises sont plutôt bien exécutées mais on ne pas non plus considérer que cette production soit à classer dans les inoubliables du groupe. Côté reprises, je préfère largement leur "Dead in the suburbs" des Los Reactors mais de toute façon, rien ne vaudra leurs propres compos...

Revival punk 77 at his best. The Briefs covers 5 songs containing the word "Kill" in their titles.
Songs are originally performed by The Deadbeats, The Panics, Angry Samoans, The Damned and Alberto y Lost Trios Paranoias.




Télécharger / Download : THE BRIEFS - The joy of killing EP

vendredi 4 décembre 2015

THE ADICTS - 7:27 EP (1992)

Ahhh The Adicts ! Malgré les daubes qu'ils nous sortent depuis quelques années, j'y reviens régulièrement. Plusieurs mois sans avoir la moindre envie d'en entendre une seule note et puis hop, la rechute. Un peu comme les Ramones quoi. Peut-être l'envie de revenir à ces titres trois accords, couplet-refrain. C'est que maintenant le punk, il taquine tellement de la guitare et de la double, que ça fait du bien de retrouver ses fondamentaux. Quand je vois des putains de morceaux de plus de 4 minutes avec une intro qui la dépasse, la minute, je me dis qu'on est bien loin de l'essence même du style. Enfin, on va pas refaire le vieux con, faut bien que jeunesse ce passe et tout et tout... mais qu'est-ce qu'on va nous servir dans 20 ans à cette allure-là ?
Cet EP, c'est un peu le disque de la résurrection. Enfin cet EP ou l'album "27", parce que disons le tout de suite, les 4 titres du EP sont tous sur l'album. P't'être bien que le mix et/ou le mastering sont un peu différents sur le EP, moins plats, ou alors c'est l'effet vinyle qui fait ça mais en tout cas, Cleopatra n'a pas daigné nous faire péter quelques inédits sur cette galette. Pourtant, l'édition européenne de l'album sur Anagram contient un titre de plus, et les rééditions plus récentes, 2 autres supplémentaires. Y'avait donc des enregistrements dans les cartons pour augmenter l'intérêt de cet EP...
Tiens d'ailleurs, puisque l'on parle de l'album "27", si quelqu'un sait si ce fameux chiffre 27 a une quelconque symbolique dans le punk ?!... Ce nombre étant également utilisé comme visuel par les Riverdales, je me demandais...
Oui résurrection parce qu'il faut bien dire qu'après les 2 premiers LP, ça a été un peu catastrophique. C'est pas que le "27" soit fantastique mais au moins il renouait avec le punk... Malheureusement l’accalmie sera de courte durée. Ils mettront 10 ans pour sortir un plus que moyen "Rise and Shine". Et si leur "Rollercoaster" pouvait encore faire un peu illusion, ça sent vraiment le sapin avec les deux derniers. Même si le combo se targue d'être le plus vieux groupe de punk encore actif avec le line-up original, il devrait néanmoins peut-être penser à raccrocher les gants, ou faire comme beaucoup d'autres, continuer à tourner sans avoir rien sorti de neuf depuis des décennies...

6 years after the disastrous album "Fifth overture" (a personal point of view !), The Adicts tried to come back to the roots with the "27" album. This EP contains 4 songs from this album, same recording but maybe a different mixing and/or mastering...




Télécharger / Download : THE ADICTS - 7:27 EP

vendredi 20 novembre 2015

GAUNT - Good bad happy sad EP (1993)

Je parlais il y a quelques temps dans un post sur les Splash 4 des petits manies qu'avaient les groupes de garage. Et bien pas manqué avec cet EP des Gaunt !!... même galette à grand trou ! Avec deux cas, nous ne sommes encore qu'au stade du pur hasard alors ni une ni deux, un coup d'oeil rapide sur quelques galettes et l'on s'aperçoit que l'on retrouve le même grand trou sur les EP de Dontcares et le split TV Killers / Temporal Sluts !... 4 exemples en même pas deux minutes de recherche... là c'est décidé, j'en fait une généralité : les EP des groupes garage (et affiliés : punk'n'roll, punk 77, ...) ont un grand trou central !
Tiens, toujours dans ce post des Splash 4, je pestais également sur le fait que la galette n'excédait pas les 5 petites minutes... et bien là, on a le droit à 2 titres en 3"15 !... ça commence à sentir les Dwarves dans le coin... serait-ce une autre caractéristique des groupes de garage ?! En mettre le moins possible sur un EP ? Si l'on trouve effectivement d'autres cas similaires comme par exemple chez les New Bomb Turks, là je crois que l'on va trouver plus de contre-exemples. Faudrait pas tout généraliser non plus. C'est surement que sur un EP, on est limité en place, surtout si l'on ne veut pas altérer le son originel... ça doit être ça : ces groupes de garage ne voulaient pas altérer leur son originel !!... non ok, je sors.
Et sinon les Gaunt ? c'est le garage comme il devrait toujours être : teinté de punk. Comme les New Bomb Turks cités plus haut, ou les Fumes (quoique dans leur cas, on serait plutôt dans du punk teinté de garage...). A noter également que le titre de la face B est une reprise de Guided By Voices, groupe de Robert Pollard, l'homme au CV plus long que le bras...
Si cet EP vous a mis l'eau à la bouche, leur premier LP est toujours dispo sur le blog et je ne peux que vous conseiller les 2 qui ont suivi, "I can see your Mom from here" et "Yeah, me too". Je n'ai pas trouver de liens valides sur le net mais ils sont chopables pour quelques euros !).

Solid US garage-punk band that was part of the Crypt and Amphetamine Reptile Rds crews.
Including a cover of a Guided By Voices song.




Télécharger / Download : GAUNT - Good bad happy sad EP

vendredi 6 novembre 2015

MARS MOLES - Invite punk religion back into the unknown LP (1998)

Drôle de concept que cet album des allemands de Mars Moles.
Comme le laisse deviner la pochette et le titre du LP, nous avons bien affaire là à une reprise de l'intégralité de l'album de la discorde des Bad Religion. Ma foi une plutôt bonne idée de redonner une deuxième vie à ces 8 titres, il est vrai, difficilement écoutables du début à la fin sur l'album original.
Il faut savoir que les Mars Moles sont plutôt les enfants des albums Suffer et No Control, plutôt punk mélodique que rock progressif, quand Bad Religion mettait plus d'une demi-heure pour terminer son Into the unknow, nos teutons le torchent en à peine plus de 11 minutes. Faut dire qu'il y a des coupes franches. L'interminable titre Dichotomy par exemple tombe à 30 secondes, le reste n'atteignant jamais les 2 minutes.
Si l'on en croit l'insert, ces titres n'ont quasiment pas été répétés avant d'être enregistrés en 2 jours, un bon rapport qualité/temps tout de même, les reprises tenant plus que la route.
L'étrange concept ne s'arrête pas là puisque le tribute aux américains ne prend que la première face de la galette, les Mars Moles proposent 8 titres (presque) de leur cru sur l'autre face. Je dis  "(presque)" car cela commence par une reprise du Barbie girl des scandinaves d'Aqua, rendue "célèbre" pour être certainement le meilleur titre de toute la série des Punk Chartbusters sortie chez Wolverine Rds. 
On a également le droit à une reprise du bien plus obscure groupe allemand de new wave Za Za et son tube Tango d'élite (désolé Sto, j'ai pas trouvé sur Dailymotion...).
Pour compléter un peu plus ce fouillis, les Mars Moles chantent indifféremment en allemand, anglais et même croate... et pour être complétement paumé, le lead vocal est parfois tenu par une certaine Jelena en lieu et place du guitariste/chanteur Nejc (dont le nom explique certainement le détour vers Zagreb sur un titre).
Alors, qu'est-ce qu'on peut dire pour conclure, car il va bien falloir conclure. Ben, ça semble un peu le bordel ce skeud, on ne peut pas dire qu'il y ait une vraie homogénéité dans tout ça et tant mieux, au moins c'est un disque qui ne fait pas trop chier au bout de 10 minutes, je trouve qu'il y a un vrai esprit punk dernière toutes ces grimaces de clown, ce n'est pas sans me rappeler les Wizo pour rester outre-Rhin.
Ah oui, pour être totalement complet, le groupe a sorti ses premiers méfaits sous le nom de Sexy Bacterias, et ça, on en reparlera certainement un jour si je n'oublie pas d'ici là...

On the first side, the German melodic punk band covers the whole album Into the unknown from Bad Religion.
Personal songs and other covers (like the famous Barbie Girl from Aqua) on the other side.
To classify close to Wizo.




Télécharger / Download : MARS MOLES - Invite punk religion back into the unknown LP

mardi 27 octobre 2015

DRIVE BLIND / GARLIC FROG DIET - Split EP (1993)

On ne le dira jamais assez (et avec l'âge, ça ne va pas s'arranger) qu'Uncontrolled Rds nous a gratifié des plus belles pochettes d'EP des années 90. On est encore gâté avec ce split et un recto de Paquito Bolino (aussi connu pour avoir tenu le micro et la 6 cordes (pas facile je sais) des Plaies Mobiles). Pas lésé non plus sur le verso avec cette fois-ci une "oeuvre" de Blanquet. Deux visuels aussi bien assortis que les deux groupes qui composent la galette elle-même.
On va commencer par les Drive Blind, véritable fer de lance du punk-noise à la française. Malgré une existence plutôt courte, ils nous ont quand même laissé 3 albums et quelques EP en 5 ans... et ça donnait ça sur scène. Les membres s'éparpilleront à partir de 1996 vers Tantrum ou Dog Is God, puis on perd leurs traces chez Sabo ou encore Rinôcérôse...
All star band de Lyon sur la face B avec les Garlic Frog Diet, composés d'ancien Parkinson Square, Haine Brigade et Plaies Mobiles (décidément). Beaucoup plus mélodiques, les GFD lorgnent inexorablement vers les américains de Samiam, pas étonnant d'ailleurs de les retrouver réunis dans la série de splits sortie chez Pakalolo Rds.
Toujours le même regret avec les prods de Uncontrolled, uniquement 1 titre par groupe. Même si je suppose qu'il y a des contraintes de timing sur un EP pour garder un son correct, je pense qu'il y avait moyen d'en faire rentrer un peu plus sur la galette. Côté Garlic Frog Diet, on peut facilement se consoler en allant allègrement piller leur bandcamp où une bonne partie de leur discographie est en téléchargement libre (hormis leur compilation de face B et autres collaborations à des compils sur laquelle on retrouve le titre de ce split). On peut même espérer les voir un jour en chair (et ça se voit que Lyon est capitale gastronomique !) et en os puisqu'ils semblent reprendre un peu du service

Best French 90's noise-punk band versus best French 90's melodic punk band !
Only two songs unfortunately but regarding Garlic Frog Diet, a lot of stuff are downloadable for free on their bandcamp.




Télécharger / Download : DRIVE BLIND / GARLIC FROG DIET Split EP

vendredi 2 octobre 2015

LOPSIDED - I hate ! Demotape (1998)

Il suffit de fouiller... non, même pas, uniquement de farfouiller un petit peu sur le net pour se rendre compte du nombre incalculable de groupes "obscures" (rien de péjoratif là-dedans, j'ai juste pas mieux comme dénominatif... tout le monde ne peut pas être un groupe culte non plus, hein Sto ?) qui exista, existe et j'espère, existera. Pour le futur, je ne me fais pas trop de soucis, le mouvement m'ayant l'air plus exponentiel que sur le déclin. Et putain que la barre est haute, ça commence à pulluler les groupes de branleurs que l'on croirait tout droit sorti du conservatoire. Le mythe du groupe punk qui rempli les salles avec juste trois accords me semble bien mort et enterré. Y'a qu'à déjà se déplacer aux concerts de combos disons, mmm, plus ou moins connus, genre 2 ou 3 albums sortis sur un label et avec un set bien carré, pour se rendre compte que les 15 péquins qui se sont déplacés sont déjà loin lorsque c'est le tour de la tête d'affiche, les potes des groupes locaux de première partie étant depuis longtemps partis prendre un verre ailleurs. Bref, l'arnaque financière en moins, on se croirait de plus en plus à des concerts organisés par Emergenza, pas de potes, pas de public...
Pourquoi je disais ça moi au fait (mise à part le fait que je sois un vieux con bien sûr...) ? Certainement parce que j'avais l'impression qu'il n'y avait plus la foule des grands soirs dans les derniers concerts auxquels j'ai assisté. En même temps, il ne faut pas négliger le paramètre alzheimer, en creusant un peu, des concerts avec 3 pelés dans le public dans les années 90, y'en a eu à la pelle aussi.
Donc, tout ça pour dire que sur le net, on pourrait y passer des heures carrées sans réussir à faire le tour des vieilles démos chopables... ouais enfin, en mettant de côté les liens morts mais ça on en reparlera.
Allez, parlons un peu des Lopsided, mais alors un peu parce que là, le net, ben il nous aide pas beaucoup. Pourtant fin des années 90, il me semble qu'il y avait déjà quelques modems 56 kbps dans les Charentes...
Les 4 gars de Lopsided venaient donc de Rochefort et ses environs et balançaient un punk-rock mi-tempo soutenu, aux accents poppy. On reconnait à gauche sur les photos le fameux Ménardo qui délaissera la guitare pour récupérer la basse chez les voisins rochelais, les biens nommés Weak, et ceux dès 1999, ce qui pourrait peut-être expliquer la carrière d'étoile filante du groupe.
A part ça, le rip vaut ce qu'il vaut. Son originel limite ou fin de vie de la cassette, mon cerveau ramolli ne saurait dire.

Demotape from an ephemeral French punk-rock band. It seems to be their only release.
One year after, the guitarist joined the band Weak to play bass.





Télécharger / Download : LOPSIDED - I hate ! Demotape

dimanche 20 septembre 2015

CAEN S'EST TÛ ? Compilation EP (1994)

Rien de tel qu'un bon jeu de mots pour oublier qu'on est en septembre, que les cons sont donc de retour sur le périphérique (quoiqu'en été, j'ai l'impression qu'il y a quand même une permanence...) et qu'on va devoir quitter le short pour le jean (enfin là, je parle pour les gens qui habitent au-dessus de Montauban, car ici on en a encore pour 2 mois avec les tongs...). Et ça tombe bien qu'on parle du nord de la Garonne car là on va carrément aller au nord de la Loire, là où l'on trouve des pingouins... mais pas que. Caen mine de rien est un ville avec un gros passé rock... ou alors c'est Rouen... ah ouais, c'est p't'être bien Rouen en fait. En tout cas, les gaziers qui ont sorti cet EP à l'époque ont déjà réussi à trouver 4 groupes de "rock" caennais.
C'est d'ailleurs pas très clair l'origine du skeud. Y'a bien un autocollant de la radio locale 666 au verso de la pochette mais elle n'est crédité que de l'impression de l'insert dans ce dernier. Moi j'aurai bien parié pour une initiative du Sir Michel des Out of order qui semblait très actif localement mais là encore, y'a pas vraiment d'indices pour créditer cette thèse... surtout que dans ce cas-là, j'aurai plutôt vu un dessin d'Alex Sandri sur la pochette (déjà crédité de pas mal de visuels du groupe, notamment, si ma mémoire ne me joue pas des tours, d'un t-shirt manches longues du plus belle effet... punk !) plutôt que euh... cette chose.
Bon, qu'est-ce qu'on a donc une fois sorti le bout de plastique de cette pochette du plus belle effet ? Et bien on commence par le noise-hardcore mi-tempo de No Fun Allowed, un genre plutôt en vogue au milieu des années 90 en France. Il me semblait que le groupe avait sorti quelques trucs mais à part un titre sur la compilation Higgledy-Piggledy (celle-ci le Sir Michel n'y est pas étranger, un peu de patience pour le rip...), je n'ai rien trouvé à leur sujet... une K7 démo avait dû tourner à une époque...
On continue donc avec les fameux Out of order pour lesquels j'ai déjà dit (même si j'étais moins bavard) tout le bien que je pensais d'eux ici et . Encore un bon titre rythmé, passerelle entre leurs précédentes démos et le MCD qu'ils sortiront 2 ans plus tard.
Quand (Caen ?) je disais que le style noise-hardcore était à la mode, y'en a tout plein sur la face B. Enfin tout plein, 2 déjà avec Vybs et Pigs in zen. Moi j'y pompe pas grand chose dans ce style, je prends quand c'est bon, je jette sinon et là j'aurai tendance à garder les premiers et vous savez quoi pour l'autre, trop répétitif à mon goût... de toute façon, quand ça dépasse les 3 minutes...

Four bands from Caen (close to the Normandy landing beaches), mostly noise-hardcore style except for Out of order who sounded more fast melodic punk.




Télécharger / Download : CAEN S'EST TÛ ? Compilation EP

jeudi 10 septembre 2015

THE CATALOGS - Self-titled EP (2008)

C'est bien ces longues sagas mais avec tout ça, on a pas assez un seul disque de punk bubblegum durant l'été. Heureusement que l'on rentre en plein dans l'été indien et l'on va donc pouvoir rattraper tout ça. Et c'est du côté d'Hawaï de l'on va lorgner aujourd'hui avec les fameux The Catalogs, qui ont, comme les Partenaire Particulier en leur temps, réussi à asseoir leur notoriété sur un seul titre. Mais plus fort que nos petits frenchies, ils ont sous-traité tout le boulot en laissant le soin à la reprise de leur "Another girl" par les Queers de jouer les attachés de presse. C'est en effet seulement après la sortie de l'album "Don't back down" de ces derniers que le petit monde du pop-punk continental daigna jeter un œil sur ce lopin de terre perdu dans l'Océan Pacifique qu'est Hawaï.
Et c'est Tim de Mutant Pop Rds qui harponna le premier, trouvant dommage que l'original de cette reprise ne soit pas disponible (elle n'était sorti que sur la demo 13 titres des hawaïens). Les légendes ne traversant pas les années sans quelques péripéties, l'histoire ne s'arrête pas là.
Le boss de Mutant Pop n'étant pas satisfait des photos envoyées pas le groupe pour illustrer la pochette (la marque de fabrique du label !), et n'obtenant rien de plus de leur part malgré ses relances, le projet s'arrêta net au stade du test pressing.
En 2000, et sans avertir le groupe, Tim décide de sortir quand même quelques exemplaires (280 copies pour être exact) du skeud sous forme de bootleg, sans pochette et avec des ronds centraux incorrects (ceux de la première prod du label). Seuls quelques exemplaires semblent avoir été distribués ça et là, la majorité aurait été perdue au fin fond d'un quelconque entrepôt (un mythe pour faire grimper les prix ?!).
8 ans plus tard... les copies bootleg (vinyle vert) réapparaissent, et Mutant Pop décide de rééditer le EP (2 version, vinyle pourpre et noir) avec une vraie pochette cette fois-ci.
Oui et alors, qu'est-ce que ça vaut vraiment The Catalogs en fin de compte ? Et bien ça lorgne plus du côté de la pop que du punk il faut bien le reconnaître, si il faut le rapporcher des Queers, ça sera période Grow Up. Les fans des albums les moins pêchus des Ramones ne seront pas déçus.
Reste le plaisir d'écouter et réécouter le titre Another Girl, véritable hit Beach Boysien survitaminé.

Only testament on vinyl from the best know Hawaiian pop-punk band revealed thanks to the cover made by The Queers of their Another Girl song.




Télécharger / Download : THE CATALOGS - Self-titled EP

lundi 31 août 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 11 (1992)

Et bien nous y voilà, ultime épisode de cette saga de l'été dédiée aux EPs compilations Panx Vinyl Zine. 6 groupes au menu donc on rentre directement dans le vif du sujet.
Et ça commence avec les anglais de Couch Potatoes qui relève un peu le niveau des groupes de sa majesté sur ces compilations. On avait pu déjà les entendre chez Panx sur la compilation Court Métrage (le déjà étant rattaché à la chronologie de ce blog, chez Panx cette dernière compilation étant postérieure à celle qui nous intéresse aujourd'hui), ou plutôt les "entre entendre" (pas sûr qu'on puisse transposer le "entre apercevoir" avec le verbe entendre mais bon, j'ai pas mieux) vu le thème de cette compilation. Bref, un hardcore "audible" et de bonne facture.
Viens ensuite la "star" de ces compilations, j'ai nommé les New-Yorkais de Blanks 77 qu'on ne présente plus. Je dis "star" car je pense que c'est le groupe qui aura le mieux "percé" parmi la flopée de combos présentés par Panx grâce à cette série. Si Discogs est plus ou moins à jour, ça semble même être la première trace vinylistique pour les américains, comme quoi le toulousain à parfois le nez creux...
On termine cette première face par les suédois de Wounded Knee avec un hardcore plus travaillé, alternant passages rapides et breaks plus lourds. Je ne m'attarde pas mais ça s'écoute plutôt bien.
On retraverse l'Atlantique pour découvrir les Eight Ball originaire d'un bled de Pennsylvanie. Hormis un EP auto-produit et une apparition sur une compilation Ox, leur hardcore tendance trash, au chant aux accents d'outre-tombe ne semble pas avoir vraiment traversé les âges.
Retour sur notre bon vieux continent (malheureusement, toujours pas de p'tits frenchies, ça sera d'ailleurs l'un des regrets de cette série, le peu de groupes hexagonaux...) avec les suisses de Lamento qui, malgré le nom du groupe et du titre, viennent de la partie Allemande et chante donc dans la langue de Goethe, en tout cas pour ce titre, dans l'esprit beaucoup plus rock que le reste de la compilation.
Et enfin, "the last but not the least" des 55 groupes (la direction décline toute responsabilité en cas d'erreur lors du décompte) présentés au travers de ces 11 compilations, les Public Lost de Finlande. Bon, j'aurai voulu taper un grand coup pour ce dernier groupe, genre d'apothéose mais les Public Lost vont être un peu juste pour ça. Le titre est plutôt bon, avec une bonne basse qui claque, des bonnes reprises de tempo, mais ça ne sera pas la découverte du siècle, en tout cas pour ma part (qui vaut ce qu'elle vaut, ma part...).

Le coin des cinéphiles : C'est le moment ou jamais de se rattraper avec ce dernier film illustrant cette série de compilations Panx... Alors ?! Oui ?! Non ?!... et bien il s'agit de la version de 1940 du Voleur de Bagdad. Ca semble donc être la paluche du génie que l'on voit en gros plan et non celle d'une grosse bête genre King Kong.

For this last episode of the saga, we start with the Couch Potatoes from UK and their great "audible" hardcore, followed by probably the first song released on a vinyle from the famous Blanks 77 streetpunkers. The hardcore band Wounded Knee from Sweden finishes this first side.
On the other side comes Eight Ball from Pennsylvania with a mix of trash, hardcore, and a voice from beyond the grave, then Lamento from Switzerland with a more rock song. The last band is Public Lost from Finland and his solid bass player.




Télécharger / Download : Panx Vinyl Zine 11 Compilation EP

lundi 24 août 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 10 (1991)

On commence à voir la lumière au bout du tunnel ! Avant-dernier tome de notre saga de l'été avec 5 nouveaux groupes... et c'est parti !
Un fois n'est pas coutume, on part pour New-York avec les Rats Of Unusual Size mais pas pour du NYHC mais plutôt un genre de garage-rock un peu barré. Ch'sais pas trop les rapprocher de qui, j'suis preneur d'ailleurs (p't'être bien un boulot pour Sto ça...) parce que ça s'écoute plutôt bien ce truc. Ils n'ont pas résisté à l'appel des sirènes et l'on peut voir ce que cela donne 20 ans après (et quelques kilos en plus !).
On continue dans un domaine pas si éloigné que ça avec les Valse Triste qui, comme leur nom l'indique, nous viennent de Finlande (ben si, Valse Triste, du compositeur finlandais Jean Sibelius, ça ne vous dit rien ?!). Enfin pas éloigné, surtout par rapport à ce que nous avait habitué ces p'tites compilations. Ca gueule quand même beaucoup plus que nos américains (pour une fois !), et apparemment ça continue de gueuler 25 ans plus tard...
On termine cette première face avec les anglais de Claustrophobia et mine de rien ça fait du bien de retrouver ses repères ! Death-hardcore ou je ne sais quoi qui n'arrête pas de poutrer pendant une grosse minute... Les types s'appelaient à l'origine Bio-Hazard. C'est un nom qui a mon avis aurait mieux marché mais bon...
Retour au bercail pour ce qui est certainement la petite pépite de cette galette, j'ai nommé les Pendentif Burn's (jeu de mot pourri ?) de Toulouse. Jamais entendu parlé de ce groupe et quasiment rien à leur propos sur le net (d'après Euthanasie, le guitariste/chanteur de Légitime Défonce faisait parti du groupe...). On peut juste retrouver qu'ils ont joué en première partie de GBH ce qui n'est pas déconnant vu leur style, une sorte de Trust à 180 bpm totalement jouissif. J'en appelle aux vieux briscards qui auraient une K7 des gaziers qui traînerait au fond d'un tiroir...
Pour clôturer le tout, petit tour en Allemagne avec le punk engagé des Fleisch Lego qui eux décrochent la timbale avec l'Oscar des plus jôôôlies paroles avec leur titre Moslem clit. Les plus bilingues d'entre vous pourront s'en délecter.

Le coin des cinéphiles : Ah là quand même, on tape dans le classique de chez classique, ça en devient peut-être même un peu trop facile. Ca se voit qu'on se rapproche de la fin, le Pascal n'avait plus envie de se faire chier à dégoter des perles tombées dans l'oubli. C'est donc ici le fameux Metropolis qui habille ce 10ème opus... suspense pour le der des ders.

Second last opus with the weird garage-rock from Rats Of Unusual Size of New-York, the bawlers of Valse Triste from Finland and a sort of Death-hardcore by Claustrophobia from UK.
On the other side, a real French nugget called Pendentif Burn's plus the German punkers of Fleisch Lego (lyrics have to be listen to carefully !).




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 10 Compilation EP

lundi 17 août 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 09 (1991)

Allez, dernière ligne droite avec les 3 dernières compilations Panx Zine, ça sent la rentrée tout ça.
On débute cette année 1991 par les hollandais de Incertitude. Ils se définissent comme faisant du fast hardcore, et bien moi ça me va comme étiquette car étiquette il faut, ça nous entraîne pour la rentrée des classes et les sempiternelles étiquettes à coudre sur les vêtements... enfin, à mon époque c'était le cas, je ne connais pas vraiment les coutumes actuelles (à part celle de vérifier que le cran d'arrêt du mioche ne soit pas grippé...).
Un peu de chaleur latine pour continuer avec les italiens de Maze. Bon, on n'est toujours pas dans le registre musique Latino et le côté chantant de l'italien perd un peu lorsqu'on est dans un registre guttural mais bon, faut savoir ce qu'on veut, et là, comme nos acolytes précédents de l'autre pays du fromage, on veut du fast hardcore alors...
Et on remonte vers l'Allemagne avec les Feeble Minded, toujours aussi hardcore, toujours aussi rapides, toujours aussi inconnus pour ma part.On ne va donc pas s'attarder.
Allez, dépaysement total puisqu'on se retrouve maintenant à Montceau-les-mines (71), ville qui ne doit pas dire grand chose à beaucoup de monde, sauf aux aficionados de paynomorethan puisque c'est le fief de Môssieur Jolicoeur et ceci n'est pas un hasard puisque nous parlons ici de Blighted Area dans lequel officiait le Sieur à la batterie. Autant dire que je ne vais pas m'avancer à dire un seul mot sur ce groupe, pour plus de détail, vous savez où aller... Bon, deux mots quand même puisque la démo de 1990 du groupe est disponible chez Brave New World et comme cela est indiqué dans le post, le titre présent ici est issu de cette même démo.
Suivent maintenant les Dead Youth de la prolifique Suède. Un peu moins rapides et légèrement moins hardcore que nos amis allemands ci-dessus mais non moins inconnus.
Enfin un peu de féminité dans ce monde brut grâce aux danois de Fjonguns. Ok, ça reste de la féminité "hardcoreuse" mais quand même. Le groupe semble avoir un côté anarcho-punk, faisait parti du fameux (après s'être renseigné !) squat Ungdomshuset de Copenhague et n'a semble-t-il laissé que très peu de traces en ce bas monde.

Le coin des cinéphiles : Si vous aviez trouvé la précédente pochette bien difficile, qu'allez-vous dire de celle-ci ?!! Je ne fais pas durer le suspense plus longtemps, il s'agit du film The murder in the rue Morgue (Double assassinat dans la rue Morgue en français dans le texte), adaptation plutôt libre d'une nouvelle d'Edgar A. Poe.

Faster, faster and faster, this 9th release of the Panx Vinyl Zine serie contains 6 new European hardcore bands from the beginning of the 90's.




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 09 Compilation EP

lundi 10 août 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 08 (1990)

Et ben ça va faire quand même deux mois que ça dure cette histoire. Pas de panique, le compte à rebours commence au prochain épisode.
Alors, où notre doigt va-t-il atterrir sur cette bonne vieille mappemonde aujourd'hui ? Et bien à L.A. pour commencer avec les Hated Principles. Bon, ils paraissent un peu pompeux dans leur discours de l'insert, on est quand même content de savoir que le titre présent ici a été mixé et mastérisé parce qu'à première écoute c'est pas évident et le "concept" du groupe comme ils disent tourne autour du grind/hardcore. A part ça je vois pas trop quoi dire d'autre... Ah si, ils prennent 2 pages dans l'insert alors que tous les autres groupes n'en ont qu'une... pompeux j'ai     dit ?!
Allez, on se casse vers un pays bien plus humble, j'ai nommé la Finlande avec Äpryk. Un punk mi-tempo crié (plutôt faussement) dans leur scandinave natal. C'est un peu bancal mais plutôt frais, en plus ils ont l'air d'avoir 15 ans les gars et ne se bourrent pas le mou avec des concepts. 2 titres plutôt sympas en 1'20.
Et on repart dans l'autre sens vers le Connecticut avec Sanity Assasins, plutôt bonne surprise également. Un punk-garage pêchu limite horror-gore. Actifs jusqu'au début des années 2000, ils ont apparemment touché un petit peu à tout, fleurtant avec le surf-punk, un peu à la manière d'Agent Orange.
Dans la série pays de l'Est, je ne crois pas qu'on avait encore fait l'Autriche. Et bien c'est chose fait avec les T.B.C. What ? et leur punk-rock plutôt minimaliste. Ca chante en anglais si si, même si il faut tendre l'oreille et avoir le nez sur les paroles pour en être sûr. Ils ont un vieux site toujours en ligne où l'on apprend qu'ils auraient encore sorti un album en 2009 puis plus rien... Quelques vidéos traînent également comme celle-ci. Bon apparemment, ils sont devenus plus allemands qu'autrichiens depuis. Tout ça pour ça comme aurait dit mon grand-père...
On se retrouve à l'autre bout du globe pour terminer ce numéro 8 avec les Tokyoïtes de Beyond Description, prolifique groupe de trash-hardcore. Encore actifs il y a peu (et peut-être toujours ?), moi j'ai du mal (surtout avec le chant) mais vu la longévité du groupe, je ne doute pas instant qu'ils aient trouvé un public fidèle.

Le coin des cinéphiles : P'tain là on est pas gâté, même le père Mitterrand (le neveu) aurait dû mal à trouver je pense... Alors ?! Non ?! Et bien il s'agit de Jour de Colère (titre original : Vredens dag) avec l'actrice Lisbeth Movin. Pfff, balèze celui-là.

This time, we travel all other the world, with 2 american bands (Hated Principles and Sanity Assasins), two european ones (Äprik fron Finland and T.B.C. What ? from Austria), and we finish with Beyond Description and their trash-hardcore from Tokyo.



Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 08 Compilation EP

lundi 3 août 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 07 (1990)

Allez, courage. On en est quand même au numéro 7, on va pas craquer maintenant tout de même.
Ok, commencer par un groupe polonais chantant en polonais, c'est sûr que c'est pas très glamour. Mais si je vous dis qu'ils s'appelle les Sex Bomba hein ? Et que mine de rien ça va faire bientôt 30 ans qu'ils existent, ça titille la curiosité quand même. En flânant sur leur site on se dit même qu'ils doivent être des petites stars dans leur pays, déjà bookés jusqu'à la fin de l'année les papys dites donc. C'est très street-punk apparemment maintenant, beaucoup plus fougueux à l'époque.
Ah des anglais ! Y'a pas assez d'anglais sur ces compilations je trouve. Bon, disons qu'il n'y a pas assez de bons groupes anglais sur ces compilations plutôt. Là, on a le droit à un punk anglais 80's de base, le chant a un peu trop tendance à suivre les guitares, donc on va passer vite non sans dire quand même que ces messieurs s'appelaient Virus Insurrection (Mmmm, encore original ça).
Allez, on termine cette face A par les allemands de Human Error pour lesquels on retiendra d'entrée la ligne de basse, on a un peu l'impression de n'entendre que cela sur leur titre. Comme indiqué dans l'insert, le titre est chanté en allemand mais les gaziers sont normalement coutumiers de la langue de Shakespeare et ont quand même sorti un LP sur X-Mist Rds. Punk punk punk...
Tiens des néerlandais pour commencer la 2ème face, je ne crois pas qu'il y en avait déjà eu sur les numéros précédents. N.A.O.P.ou Noisy Act Of Protest pour les puristes ne fait toujours pas dans la dentelle, toujours très punk-hardcore. Ca se la pète un peu dans leur laïus de l'insert donc ça penche plutôt vers le hardcore que le punk je dirais !
Allez, un peu de soleil avec les catalans de Corn Flakes. Avec un nom comme ça, on va avoir le droit à un peu de punk-rock déconne non ?! Ben non... enfin disons oui par rapport au reste du skeud. On sent bien que c'est ce qu'ils veulent faire les types, un truc un peu mélodique mais ils y sont pas encore. Je vous rassure, ils y seront très vite.
Brrr, on a commencé par des polonais, et on fini également par des polonais mais qui chantent en anglais cette fois-ci. Je fais "Brrr" parce que le fait qu'ils chantent en anglais en fait on s'en fout un peu vu comment ça gueule. Genre de trash-core-death ou je ne sais quoi. Bref, un truc qui débouche les oreilles... mais va aussi jusqu'à les faire saigner vu que ça dure quand même plus de 2 minutes 40... enfin, pour ceux qui arrivent à aller jusqu'au bout...

Le coin des cinéphiles : Un bon vieux classique de chez nous cette fois-ci. Enfin, c'est un classique pour ceux qui connaissent déjà. Mais qui n'a pas reconnu au moins Raimu à défaut d'avoir trouvé qu'il s'agissait de L'homme au chapeau rond.

The saga continues with 6 european bands making a lot of noise : Sex Bomba & Hektor from Poland, UK punk with Virus Insurrection, Noisy Act Of Protest from Netherlands, Human Error from Germany and certainly the more melodic band of this release, Corn Flakes from Barcelona.




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 07 Compilation EP

lundi 27 juillet 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 06 (1990)

Hop hop hop, mine de rien en est déjà à la moitié de notre truculente saga de l'été. allez zou, 3 groupes et 6 titres au menu aujourd'hui.
On commence par les américains de Youth Gone Mad qui, malgré des débuts un peu poussifs (2 uniques 45t dans leurs 10 premières années d'existence), vont trouver leur public grâce notamment à la confiance du mythique label Posh Boy pour un 7" d'estime. Côté musique, un punk solide mais pas dénué d'humour, je les rapprocherai des Pink Lincolns pour ceux pour qui cela dit quelque chose. A noter que le groupe est emmené par un certain Paul Kostabi qui fut les 6 cordes des White Zombie à leurs débuts.
Pour combler cette première face, voici les anglais d'Abolition, enfin disons un des innombrables groupes punks ayant portés ce nom. Que dire à part qu'ils ne semblent pas avoir sorti grand chose et qu'ils font plutôt dans le genre punk ultra speed (ah ben hardcore alors, non ?!)... euh,  et bien suivant.
Changement d'alphabet avec les Гражданская оборона, à prononcer Grazhdanskaya Oborona ce qui donne Défense Civile dans la langue de Molière. Le groupe semble être une véritable star dans leur pays, en tout cas jusqu'en 2008, année de la mort du leader, homme somme toute prolifique puisque leurs albums se comptent sur les doigts de l'Armée Rouge toute entière. Bon, après visionnage de quelques vidéos, il est vrai que ça part vite en un espèce de rock insipide leur truc mais bon, le titre ici ("C'est le plus fort qui a raison") a le charme des contrées lointaines et à priori inhospitalières.
Et on termine ce numéro 6 (aucun rapport avec le village...) par les néerlandais de Brainless (nom certainement choisi par dépit du fait que celui d'Abolition était déjà pris...). 2 titres en moins de 2 minutes, autant dire qu'on fait dans le hardcore du côté du plat pays. A part 2 démos certainement introuvables (sauf aux environs de 200$ chez les pure hardcore traders...), le groupe ne semble pas avoir beaucoup plus vécu que leurs homologues anglais ci-dessus.

Le coin des cinéphiles : Je peux deviner vos yeux écarquillés, incapables de donner la moindre information à votre cerveau embarrassé pour le coup. Certainement un clin d’œil à ceux que l'on nommera désormais Défense Civile par simplification, il s'agit donc d'Ivan le Terrible du russe S.Eisenstein, sorti en 1944.

4 new bands from USA (Youth Gone Mad with a former member of White Zombie) to Russia (Гражданская оборона that we can translate by Civil Defense), without forgotten Europe with the hardcore bands Abolition from UK and Brainless from Netherlands.  




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 06 Compilation EP

mardi 21 juillet 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 05 (1990)

Eh bien nous voilà repartis pour le 5ème acte de cette palpitante saga.
Les premiers à ouvrir le bal sont les bordelais d'A.C.M.E. ou Aspro 5000 c'est comme vous voulez, j'ai pas très bien compris. Il ont sorti une K7 et un EP sous ce 2ème nom, dans l'insert c'est Aspro 5000 entre parenthèse A.C.M.E. mais sinon c'est A.C.M.E. sur la pochette et le skeud. Bref, hardcore à fond la caisse sur des paroles plus que stupides, donc euh du stupid-hardcore je présume même si je croyais que le hardcore justement devait être tout sauf stupide. Tant pis.
On continue "gaiement" avec les finlandais de CMX (pas de points entre les lettres pour eux...) dans un registre totalement... identique. Tout à fond et raclures de gorge pour le chant. A noter que le groupe est toujours actif mais qu'il avait rapidement délaissé le hardcore brutal pour un espèce de rock-folk-expérimental pas franchement indispensable. Même pas envie de mettre un lien vers une vidéo tiens.
Au concours de "c'est moi qui est la plus courte", ce sont les New-yorkais de Go! qui gagne. Je ne parle pas du nom (quoique) mais du titre avec 32 secondes d'un hardcore, euh, new-yorkais. Que dire si ce n'est que certains membres ont traîné avec les SFA et qu'ils semblent fachés avec le format LP puisqu'ils n'ont sorti (mais c'est déjà pas mal) qu'une flopée de EP. Pour les curieux, ça donnait ceci en concert (en même temps, ça donnait un chanteur en débardeur, aux bras testostéronés et tatoués, tenant bien haut son micro... du NYHC quoi).
Non non, la première face n'est toujours pas finie puisque nous avons encore les allemands de Deceit qui malgré un titre de 2 minutes ne font pas forcément beaucoup plus dans la finesse. Une intro, des breaks, des mini-solos, mais si on enlève tout ça, c'est toujours aussi hardcore, peut-être un peu plus punk quand même. Aussi vite apparus que disparus ceux-là après un EP apparemment.
On tourne enfin la face, beaucoup plus light celle-ci puisque qu'elle ne contient que 2 groupes et commence comme la précédente a terminé, c'est à dire par des allemands, j'ai nommé les Rebellenblut, qui semble être dans la vraie vie un apéritif aux fruits rouges... quelle classe ces allemands. Côté musique, on revient résolument vers le punk, c'est-à-dire avec des textes de plus d'une strophe et un titre donnant enfin assez de temps pour aller pisser.
On termine (enfin diront certains) par les régionaux de l'étape avec les toulousains de Légitime Défonce qu'on ne présente plus pour avoir fait les beaux jours du punk français durant des années. On les rassure, comme ils le supplient dans ce titre, ils n'ont pas fini sur NRJ, au mieux sur Canal Sud ou Mon Païs...

Le coin des cinéphiles : Alors quelqu'un ?! Si il est vrai que l'on se rapproche un peu de nos jours au niveau de l'année (la plupart d'entre nous était même déjà né), pas vraiment facile de reconnaître Géraldine Chaplin sur l'affiche de La Casa Sin Fronteras.

Side A strongly hardcore with 3 short songs of A.C.M.E. from France, CMX from Finland and Go! and their NYHC. Germans from Deceit finish this side with a longer song but still brutal hardcore.
On the other side, the atmosphere is really more punk with the Rebellenblut (Germany) and Légitime Défonce from France.




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 05 Compilation EP

mercredi 15 juillet 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 04 (1990)

Mine de rien, petit à petit, au rythme de l'été, on progresse dans notre saga estivale.
On le répétera jamais assez, si possible éviter les noms de groupe génériques. il vaut mieux encore un nom stupide choisi un soir de cuite parce que là, avec Lost, qu'est-ce que vous voulez que je trouve sur internet ? C'est sûr qu'internet en 90, ça devait les préoccuper que moyennement les membres du groupe mais maintenant, on fait comment hein ? Allez, grâce à l'insert on peut toujours dire qu'ils sont américains, de Pennsylvanie plus exactement et que d'après Discogs ils ont sorti un LP sur Headhunter Rds tout de même, puis un EP en 91 et là on perd leur trace. Musicalement c'est toujours punk/HC, ça cogne côté batterie mais reste tout de même un brin mélodieux au chant.
On repart bien à l'est puisque vient ensuite Wartburgs Für Walter de Berlin. Bien que le mur soit tombé quelques mois plus tôt, ils se revendiquent encore de RDA. Bon, p't'être bien que l'insert était déjà prêt depuis un moment... Là c'est plus punk classique, avec chant féminin (quoique avec l'accent allemand, ça perd un peu de sa féminité...) et d'après ce site plus ou moins bien traduit par Google, ils auraient tenu jusque dans les années 2000.
Et ben, on retourne déjà le skeud avec tout ça, et on retrouve les suédois de Horse Laugh avec un hardcore qui ne prête pas vraiment à sourire, le genre de hardcore avec des squelettes, des faucilles et la mort qui rôde, vous voyez le genre.
On passe donc (pourquoi donc ?) assez vite pour tomber sur 2 titres des américains de Radiation Sickness... ah merde, combo de trash-core, autant dire qu'on va pas plus rigoler qu'avec nos Scandinaves... et effectivement c'est guttural au possible. Mais au moins les 2 titres sont torchés en moins 3 minutes.

Le coin des cinéphiles : Oulà, ça se complique franchement là. pourtant on a toujours le droit à un grand classique, du moins pour le réalisateur, puisqu'il s'agit d'une image extraite du Die Nibelungen de Fritz Lang.

Two american bands, punk/HC with Lost and Thrash-Core with Radiation Sickness, meet two European ones. Classic punk for the German band Wartburgs Für Walter and brutal hardcore with Horse Laugh from Sweden.




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 04 Compilation EP


lundi 6 juillet 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 03 (1989)

Allez, 3ème volet de cette passionnante série qui permet de rassembler toute la petite famille punk-hardcore devant son PC.
Et l'on part directement au Japon pour commencer avec les Lost Fights. Punk rapide, donc hardcore si j'ai bien tout compris, le chant n'est pas vraiment hurlé mais pas forcément mélodique, un bon compromis en somme. Pas grand chose à rajouter sur ce groupe qui ne semble pas avoir survécu à l'arrivée des années 90.
On reste côté Pacifique avec 2 titres des australiens de Toxic Avengers. Pas vraiment beaucoup plus prolifiques que leurs amis nippons ci-dessus, ils évoluent dans un "créneau" similaire, un punk rapide au chant audible. Le titre "God for sale" est même le petit coup de coeur de cette galette.
Hop hop hop, retournement de face et l'on se retrouve aux USA (qu'on ne quittera plus d'ailleurs) avec les Moss Icon d'Annapolis, beaucoup plus emo-hardcore que ses prédécésseurs (j'ai chopé l'étiquette sur Discogs mais chut...). Ok, j'suis grillé donc je balance tout ce qu'on peut trouver à propos d'eux sur le site. On retrouve donc un certain Tonie à la guitare qui officiera également, entre autres, au sein de Born Against. Et nous retrouverons notre chère Tonie un peu plus tard...
Nous ne quittons pas le Maryland, ni Annapolis d'ailleurs, car Hated qui clôturent ce skeud sont déjà sur place. Punk beaucoup plus "rock", avec un quelque chose dans la voix qui n'est pas sans me rappeler les Lemonheads. Le père Littleton qui officiait dans Hated finira plutôt mal pour un type venant d'un courant musical censé être une réaction à la vague hippie... Quant au batteur, fondateur du label Vermine Scum Rds, il se fera apparemment spolier ce dernier par un certain Tonie des Moss Icon. Tiens, tiens.

Le coin des cinéphiles : je reçois du courrier des 4 coins du monde grâce à cette rubrique (hein ?! Quoi ?! Moi, mytho ??), donc c'est sans traîner que je confirme aux plus aiguisés d'entre vous qu'il s'agit bien de Grant Willams dans The incredible shrinking man (L'homme qui rétrécit en français dans le texte) de Jack Arnold. Pfff, facile.

2 fast punk bands from the Pacific area with Lost Fights from Japan and Australians of Toxic Avengers versus 2 american bands playing a punk with influences more emo (Moss Icon) or more "rock" (Hated).




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 03 Compilation EP


lundi 29 juin 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 02 (1989)

Déjà le deuxième épisode de notre série de l'été. Il me faudrait un p'tit jingle pour faire les choses bien mais bon, Blogger ne sait pas gérer ce genre de truc...
On commence ici comme le vol. 1 par un groupe US, The Stench, mais cette fois-ci le trio illinoisais (si si) fait dans un punk rapide mais assez mélodique et plutôt de bonne facture. Ils sortiront pas mal de trucs sur leur propre label et on a même droit à quelques images d'archives...
Ah, enfin des britons insulaires avec Cold Vietnam (c'est fou comme ça sent déjà le punk UK 80's dès la première note). Pas grand chose sur eux à part une apparition sur la compilation Spleurk! de chez Meantime Rds et des morceaux d'ex-Depraved à l'intérieur.
Allez, on retraverse l'Atlantique pour se retrouver en Californie avec le punk brouillon des Society Gone Madd. Ils semblent avoir tenu jusqu'au milieu des années 90 sans sortir grand chose...
On reste sur le continent nord-américain mais en remontant à Quebec avec les Fanatical Views et leur punk euh... à solo. Ca rentre dans les 2 minutes, c'est donc pas mauvais !
Retour sur le vieux continent avec les Resident Mockery d'un non moins vieux pays qu'était la RFA. A part une K7 et un split auto-produit dans la langue de Goethe, moi j'ai rien sur ce groupe. Appel aux experts des deux Allemagnes pré-réunifications...
Ah ben plus rien en fait car 6 titres sur ce deuxième volet mais uniquement 5 groupes puisque les teutons squattent largement la face B avec 2 titres.

Le coin des cinéphiles : Alors ?! Pas sûr que tout le monde est autant fait les malins qu'avec la première pochette. Et pourtant ça va encore se corser après. Il fallait reconnaître cette fois-ci le King Kong de 1933.

Still hardcore but sometimes more melodic, this second episode brings together 3 North-American bands with The Stench, Society Gone Madd and Fanatical Views (from Québec) versus the Europeans of Cold Vietnam (UK) and Resident Mockery (Ex-FRG).




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 02 Compilation EP

lundi 22 juin 2015

Summer '15 Saga : PANX VINYL ZINE 01 (1989)

Les gens ont d'autres choses à foutre l'été que de passer leur temps devant un PC à lire les conneries sur un blog musical. Déjà que l'hiver ça n'attire pas les foules, alors quand en plus y'a moyen de se rincer l'oeil gratos à la plage...
Cet été ça sera donc service minimum avec la série de 11 skeuds sortis entre 89 et 92 par le père Pascal Panx. Service minimum parce que la majeur partie des groupes figurant sur ces compilations m'étant totalement inconnue, le blabla se résumera à quelques recherches sur le net. Autant dire que ça va être du torché cet été. Ca tombe bien, parce moi le pastis je l'aime bien frais mais pas noyé, au moins les glaçons n'auront pas le temps de fondre...

Premier opus donc qui débute avec 2 titres de Bluck!, groupe punk-hardcore américain qui ne semble avoir laissé que des souvenirs musicaux magnétiques (il faut comprendre des sorties K7...). Que dire si ce n'est que les titres sont aussi courts qu'ils soient mi-tempo ou à 180 bpm...
Suivent ensuite les charentais supérieurs de Plaies Mobiles qui ont vite lâché leur rock déstructuré pour tenter de titiller les étoiles en faisant ça... j'ai eu du mal à croire qu'il s'agissait bien du même groupe car les 2 sorties datent de 1989 mais apparemment... à moins que Euthanasie et Discogs se trompent...
Vous vouliez de l'obscure en voilà en la personne des Yougoslaves devenus slovènes S.O.R. Toujours hardcore, et apparemment pas si obscures que cela en fait puisque l'année dernière sortait un CD regroupant leur discographie.
On termine ce tour du monde par les espagnols, futurs catalans indépendants si ça se trouve, de Anti/Dogmatikss qui étrangement font dans le... punk-hardcore. Ils ont également eu le droit à une piqûre de rappel en 2013 avec la sortie d'un LP regroupant des titres inédits.
Si j'ai raté quelque chose, genre "celui-là c'est un groupe culte de la scène hardcore 80", n'hésitez pas à m'insulter dans les commentaires (ou même juste à le souligner poliment...).

Le coin des cinéphiles : Mr Panx ayant eu la brillante idée d'illustrer sa série par une photo d'un vieux film sorti de derrière les fagots, voilà une bonne occasion de réviser nos classiques. Plutôt facile ce premier test pour les plus férus d'entre vous puisqu'il s'agit de Blackmail d'Alfred Hitchcock.
Croyez-moi, vous ferez certainement moins les malins pour les prochains...

A très bientôt pour le 2ème épisode...

Lazy summer this year with the Panx Vinyl Zine compilations serie...
For the first episode, US punk-hardcore with Bluck!, French punk-hardcore with Plaies Mobiles, Slovenian punk-hardcore with S.O.R., and Catalan punk-hardcore with Anti/Dogmatikss.
See you for the next time with more international... punk-hardcore !




Télécharger / Download : PANX VINYL ZINE 01 Compilation EP

jeudi 11 juin 2015

LA LIGUE HARDCORE Compilation EP (1996)

Retour du côté de Bordeaux qui décidément aura été à l'honneur ces temps-ci. Il faut dire que la ville a connu plus d'un activiste underground dans les années 90. En flânant un peu sur le net histoire de préparer un minimum les 3 lignes qui accompagne ce rip, je suis tombé sur les archives du fanzine vidéo "L'ère du Globulus", tenu apparemment à l'époque par un certain Pedro à qui l'on doit également le fanzine Goorgh!! et qui officia dans les LPM (prochainement ici à n'en pas douter).
Un numéro de ce fanzine vidéo était consacré en 1996 à la FOCU (Foire Ouverte des Cultures Musicales) de Bordeaux organisée par l'association Bad Karma, à laquelle l'on doit le EP de ce post (eh oui, y'a quand même un rapport avec ce qui nous préoccupe, c'est réfléchit tout ça). Hormis le fait de voir ou revoir la trogne d'il y a 20 ans des tenanciers de labels comme Total Heaven, Pandemonium ou Vicious Circle, cette vidéo offre également des extraits de concerts de Belly Button (dont le père Sto de Deathbürger nous a gentillement fait 2 piqûres de rappel il y a peu, ici et ) et The Sleeppers. Autre témoignage vidéo-concertesque, toujours chez le Globulus, cette fois-ci de Daily Planets, les seuls non régionaux de l'étape et leur noise plus posée que le reste de la troupe, il faut dire que le Lot est loin du tumulte bordelais.
Si l'on compte bien, il nous reste donc à parler des cultissime Tomy et leur melodic HC si intelligent musicalement. Et là malheureusement, rien à se mettre sous la dent côté Globulus, à croire que ces Tomy ne se trouvaient pas très télégénique, il est en effet plus que difficile de trouver des traces de leur passage sur terre côté vidéo. Je ne peux que partager cet extrait de live (enfin, d'images live plaquées sur un enregistrement studio) tiré de la VHS "Don't be nervous". Bien maigre tout ça. Quant au titre "Prokofiev" présent ici, il s'agit en fait d'une reprise du "Russians" de Sting, j'ai lu je ne sais plus où qu'il avait changé le nom du morceau pour éviter de payer la SACEM !! On aurait aimé une prod un peu plus propre (et pourtant je ne suis pas éxigeant là-dessus mais là...) mais si l'on se projette 20 ans en arrière, on ne peut que ce rappeler que ce n'était pas forcément une priorité...

Noise, Jazzcore and melodic hardcore with 3 bands of Bordeaux (the brillant Belly Button, the unrated Sleeppers and the talented Tomy with a cover of the song Russians of Sting) and Daily Planets from the deep South-West of France.




Télécharger / Download : LA LIGUE HARDCORE Compilation EP

lundi 1 juin 2015

BELISHA BEACON - Million dollar punk CD (1996)

Quand on dit allemand, moi c'est pas "rois de la poilâde" qui me vient tout de suite à l'esprit.
Y'a qu'à voir ce que donne le hardcore mélodique sauce teutonne... le truc qui est censé sentir l'été, les bikinis et les planches de surf, ben ça a plutôt l'atmosphère du travail à la chaîne chez Volkwagen dans un coin bien humide de la Ruhr.
Et bien ceux-là, ils me font rire ! Allez savoir pourquoi. Peut-être bien leur nom... qui sait ce que veut dire "Belisha Beacon" ?! Hein ?! Personne ?!... et bien encore un groupe bien placé dans la catégorie "nom à la con". Un p'tit tour sur wiki pour comprendre... décidemment, ne pas choisir le nom de son groupe un soir de cuite (mais ça, on l'a déjà dit je crois).
Ou alors, c'est la prod de ce skeud qui est risible... je ne peux malheureusement pas avoir le nom de l'ingénieur son, la jaquette n'étant plus en état de s'ouvrir, j'avais dû acheter ce CD dans le bac soldé du Silence de la Rue après leur dégât des eaux. Après, une batterie qui se limite à la caisse claire et aux cymbales, des guitares avec le potard des aigus à 12 et celui des basses à -2, c'est un concept, si tu pousses en plus le chant bien au dessus du tout, ben ça donne quelque chose d'homogène certes... mais homogène à côté de la plaque.
Bon, c'est p't'être tout simplement les compos qui prêtent à sourire. C'est sautillant, à fond la caisse du début à la fin, le chanteur est à la limite de la rupture à la fin de chaque couplet, un skeud d'éjaculateur précoce quoi.
Et même temps en concert (désolé pour le(s) réfractaire(s) à Youtube, j'ai pas trouvé la vidéo ailleurs...) ça m'a l'air d'être du grand n'importe quoi aussi...
Moi au moins ça m'aura fait apprendre quelque chose : un produit allemand se reconnait par la tête blonde systématiquement apposée sur l'emballage...

Fast and stupid German 90's melodic hardcore.




Télécharger / Download : BELISHA BEACON - Million dollar punk CD

mercredi 20 mai 2015

NO CONTROL AT THE COUNTRY CLUB LIVE - Nemesis Live #3 Compilation (1990)

"On December 1989 the 23rd the last great West Coast Hardcore show of the '80s was held" ! Waouu, ça rigole pas chez Nemesis Rds. Il devait déjà y avoir un sacré service marketing là-bas. Par contre, mettre un stagiaire payé au lance-pierre pour s'occuper de la pochette ça, c'était pas une bonne idée. On passe sur les rajouts au stylo concernant les crédits photos et dessins, mais se tromper sur l'un des titres présents quand même ! Bon, ça reste de la cosmétique après tout.
Alors, que retrouve-t-on au menu de cette galette en fait ?! Apparemment des classiques du Hardcore US côte ouest ainsi que des groupes en devenir comme c'est écrit. 
Bon déjà, moi j'ai jamais vraiment compris la différence entre groupe Punk et groupe Hardcore. Je crois me souvenir d'avoir lu quelque part qu'au US on disait "Hardcore" pour définir le style de musique punk...bon, après un petit tour sur Wiki et bien c'est pas plus clair. Le punk-Hardcore (appelé simplement "Hardcore") serait en fait un sous-genre du punk, plus rapide, plus violent même, voulant se différencier de la premier vague 77. Ouaip, peut-être, ça cite Black Flag comme groupe pionniers par exemple. Bof, moi je voyais ça plus punk que hardcore, parce que c'est pas vraiment rapide Black Flag au début. Bon bref, si quelqu'un a son idée et qu'elle est bien argumentée, moi j'suis preneur.
Oui parce que dans le "Hardcore show" dont l'on parle aujourd'hui, et bien il y a les Bad Religion... et là j'suis dubitatif. Pour moi c'est du punk mélodique. Alors oui, on a appelé ça du Hardcore mélodique mais à part le fait que cela soit rapide, je vois pas grand chose de hardcore là-dedans. Remarque, vu que j'ai toujours pas compris la différence...
Par contre, concernant les 3 autres groupes présents, rapides et violents, j'dis oui. 
Sur la face A, je suppose qu'on a affaire aux "classic bands", j'ai nommé Carry Nation et Visual Discrimination. J'dis ça car en 1990, ça semblait déjà sentir le sapin pour ces 2 groupes, et un bon "classic band" n'est plus, ça va de soit.
Pour les "en devenir", il faut donc se pencher sur la face B avec Insted... qui splitteront un an plus tard... ah merde, "classic band" donc ?? Pfff, commence à être bancal mon raisonnement. Et pour finir les Bad Religion donc... et là ça fini de démonter le cheminement de mon post parce qu'être un groupe en devenir après 10 ans d'existence, ça fout les boules.
Bon, vous le traduisez comment vous le "upcoming Hardcore bands" en fait ??

Live performance of four "classic and upcoming Hardcore bands" from the US West Coast : Carry Nation, Visual Discrimination, Insted and Bad Religion.




Télécharger / Download : NO CONTROL AT THE COUNTRY CLUB LIVE #3 Compilation EP