En cas de lien mort, merci de laisser un commentaire

In case of broken link, please leave a comment for a re-upload

vendredi 16 décembre 2016

HELLO HAPPY TAXPAYERS N°8 Compilation EP (1989)

Une bonne vieille tête de gondole, rien de tel pour faire vendre. C'est un peu ce que je me suis dit la première fois que j'ai écouté cet EP après l'avoir déniché dans un bac de 45t soldés plus obscurs les uns que les autres. Oui, parce que sans un titre de Naked Raygun dessus, je n'aurai surement pas prêté plus attention à celui-là qu'à un autre, le reste des groupes de la compilation m'étant totalement inconnu.
Passé la déception du titre des Naked (un live du morceau Peacemaker tiré de l'album All rise qui en comporte bien d'autres beaucoup plus intéressants, même si les Naked Raygun personnellement, c'est pas trop ma came), j'ai donc eu ce sentiment que les gaziers qui ont sorti cette compilation avaient profité d'avoir un groupe vendeur sur la pochette pour remplir le reste du vinyl avec un peu n'importe quoi. C'est en fouillant sur le net que j'ai une nouvelle fois pris en pleine face la grandeur de mon ignorance. Cette compilation était en effet offerte avec un numéro du fanzine bordelais Hello Happy Taxpayers qui sévit durant toute la décennie 80 et réputé pour ses articles et découvertes d'une grande qualité.
Ok, mea culpa pour les gars du fanzine, le choix des groupes de cette compilation est surement le fruit d'un travail de recherches pointues... mais bon, ça n'empêche que les mormons de Blackhouse qui ouvrent la face B, ben ils se foutent bien de notre gueule (mais ne serait-ce pas le concept de certains courants élitistes en même temps...).
Le reste est quand même un peu plus audible, A.C. Temple, plus noise, s'écoute même jusqu'au bout.

An eclectic compilation (punk, noise, indus, ...) released by the French Fanzine "Hello Happy Taxpayers".




Télécharger / Download : HELLO HAPPY TAXPAYERS N°8 Compilation EP

vendredi 2 décembre 2016

RICHIES - Fish licence EP (1989)

Peu de groupes peuvent se targuer d'avoir inventé un nouveau style de musique. Alors oui, des combos qui "réinventent" le style, n'importe lequel, la presse "spécialisée" nous en trouve treize à la douzaine à chaque parution de leur feuille de chou (même si pour ma part je serai plutôt partisan de la théorie de l'évolution dans ce cas-là, voir en général), mais le cas zéro lui reste souvent bien mystérieux. Bon, le punk lui, il semblerait plutôt être né sous X (pas le groupe hein, quoique) et on ne peut pas non plus vraiment en vouloir aux parents d'avoir abandonné leur rejeton sur leur trottoir, c'est un peu grâce à ça qu'il a pu forger son sale caractère légendaire. Non, on ne va pas chercher la genèse de tout ça, toutes les théories ont déjà été évoquées. Mais si les Ramones n'ont fait que s'influencer de ce qui les a bercé (trop près du mur sans doute) durant leur adolescence, ils peuvent quand même s'enorgueillir d'être l'ultime référence pour tous les adeptes du ramonescore. Parce que là bon, quand le style porte le nom du groupe, y'a pas à tergiverser pendant des plombes. Et c'est un mmm, sous-genre disons, qui se porte plutôt très bien depuis des années. Au côté des Huntingtons (désignés dans les années 90 vainqueurs d'un concours de reprises de Ramones au CBGB), Darlington, Lillingtons (et je pourrai en cité des tons), nos petits teutons (tiens, pas de groupes de ce nom encore) des Richies ne font pas pâle figure. Dès leur premier EP (ici même), le ton (décidément) est donné avec cette pochette maintes fois copiée, jamais égalée (surtout quand on est 3 au lieu de 4...).
Alors oui, pourquoi écouter un ersatz plutôt que l'original... euh ben déjà parce que l'original ne l'a plus trop été justement après quelques albums, et puis ne dit-on pas "place au djeuns bordel !".
Et on ne peut pas se quitter sans évoquer l'excellent site Ramone to the bone qui renaît de ses cendres (sans mauvais jeu de mots, le tenancier ayant apparemment des problèmes de santé...) et qui est une vraie bible numérique pour tous les fins gourmets accros aux one two three four...

First EP of the German Ramones.




Télécharger / Download : RICHIES - Fich licence EP

vendredi 18 novembre 2016

LES BATARDS - Pouêt ! EP (1988)

Ouais, pouêt ! Tout est quasiment dit dans le titre de l'EP. C'est que ça fait du bien cette petite dose d'auto-dérision, c'est qu'on n'en croise plus beaucoup des disques comme celui-là. Le punk à l'époque, ben il ne se prenait pas autant la tête pour son look... et certainement pas non plus pour ces idées. Enfin, le punk de Saintes en tout cas. Oui Saintes, cette petite bourgade des Charentes de 25 000 âmes qui a quand même vu passé le label Total Heaven, qui avait il fût un temps un des meilleurs disquaires de la région, et qui n'était pas non plus en reste côté concerts. Bref, un p'tit coin de paradis où il fallait tout de même bien plus qu'un p'tit coin de parapluie, parce que oui, une vraie cuvette par contre, il y pleut comme vache qui pisse là-bas.
Les Batards, ils ne faisaient pas dans le punk arty à la parisienne non plus, ça remercie la purée Mousline, Louis de Funès et Efferalgan, ça enregistre à Dompierre-sur-Mer, et c'est Choupette qui tient la tronçonneuse sur l'intro. Non vraiment les Batards, quand ils parlent du périph', ça sent pas le vécu.
Première sortie du label Scoubidou Rds dont le seul fait d'armes ensuite sera la compilation Les Furieux Du Poitou-Charentes, cet EP semble également le chant du cygne pour le groupe. Le site d'Euthanasie (sur lequel je découvre que ce skeud est en écoute) nous apprend qu'ils avaient sorti une démo 2 ans plus tôt et qu'hormis leur apparition sur la compilation sus-nommée, on les retrouve également sur la K7 "Cosa Nostra" éditée par le fanzine palois "Le Canard Chie".
Patron, la même !

Only EP of this punk band from France.




Télécharger / Download : LES BATARDS - Pouêt EP

dimanche 6 novembre 2016

THE INVALIDS - Punker than me EP (1995)

Lorsque l'on pose une oreille dans l'océan de groupes punk-rock tendance Screeching Weasel / The Queers, on se rend tout de suite compte que les Invalids ont été un peu rude envers eux-même lorsqu'il eu s'agit de se trouver un nom. Rien de vraiment transcendant il est vrai mais mine de rien une certaine propension à enchaîner les petites perles poppy de moins de 2 minutes.
Même si ce 2ème EP a été enregistré la même année que leur premier effort, on sent déjà qu'ils sont passé un cran au-dessus en quelques mois et que cela n'augure que du bon pour leur unique album qui sortira l'année suivante.
Ensuite ? Et bien ensuite un destin bien banal pour une majorité de groupe punk. Un nouvel EP dans la foulée puis plus rien. Une décennie plus tard, Insubordination Records réédite leur album, preuve que ce dernier fût à sa sortie "underrated" comme disent les ricains. Puis encore quelques années plus tard, pim pam pouf, c'est la chute, la faute impardonnable, le combo décide de se reformer. Malheureusement en 15 ans, de l'eau a coulé sous les ponts et même si les nouvelles compos sont plus qu'honorables, il faut bien avouer qu'une ribambelle de minots en baggy à depuis bien longtemps su réinventer le style et que les quadras semblent un peu s’essoufflés en essayant de tenir la distance. Bref, c'est devenu un peu mou du genou tout ça. De cette seconde vie naîtra un split avec les italiens de Tough et l'album Still sick qui n'aura le droit qu'à une version digitale téléchargeable gratuitement sur leur bandcamp.

Second EP for this great Californian punk-rock band. Reunited in 2011, their last album is still downloadable for free on their bandcamp.




Télécharger / Download : SHAGGY HOUND / NEAR DEATH EXPERIENCE Split EP

vendredi 21 octobre 2016

VEHICLE DEREK - Self-titled CD (2001)

A l'instar du fameux label Boss Tuneage resté muet durant la deuxième partie des 90's, Vehicle Derek ne survivra que quelques années fin 80's pour revenir dix ans plus tard. Si le label se porte toujours aussi bien aujourd'hui, le groupe lui est apparemment reparti hiberné jusqu'à une éventuelle résurrection. Reste cet album enregistré durant de leur reformation et constitué de titres de la première période jamais sortis et de trucs plus récents. Et c'est certainement ce mélange qui rend cet album si attachant, les morceaux HC East-Cost côtoyant des titres clairement orientés punk mélo anglais.
Les archives "Seconde période" sur le groupe semblent assez rares mais je ne peux que conseiller de jeter une oreille sur cette page où l'on peut écouter 1 live et une répétition de fin 80 au son plus que correct.
A noter enfin qu'une partie des gaziers formeront ensuite Benny, toujours dans l'écurie Boss Tuneage (le boss faisant partie de l'aventure)...

UK band released by the famous Boss Tuneage label. This release is the recording of both old and new songs, the result is a perfect mix between East Cost HC and British melodic punk.




Télécharger / Download : VEHICLE DEREK - Self-titled CD

vendredi 7 octobre 2016

Z. CRAIGNOS - Self-titled EP (1982)

Je ne suis certainement pas la personne la plus adéquate pour parler de cet EP. Tout d'abord pour une question de génération parce que bon, en 1982, mes oreilles étaient encore loin de se douter qu'elles devront subir plus tard les assauts répétés d'une horde de Gibson GS fichées à une pédale Turbo Overdrive aux potards inlassablement tournés à bloc vers la droite. Alors oui, une fois qu'on y a goûté, on se documente, on essaye de savoir ce qu'on fait nos aînés, on révise nos classiques mais forcément, dans la ribambelle de groupes plus ou moins locaux, un bon paquet nous échappe. Et il faut bien l'avouer, les Z. Craignos à la base c'est pas forcément ma tasse de thé, trop rock post-punk, et puis le chant en français, à part pour la blague, je crois que c'est décidément pas vraiment pour moi. Toute la vague alterno de la deuxième partie des 80's y est certainement pour quelque chose... Bref, j'ai un ou deux noms de blogs sur lesquels ce disque aurait été bien plus approprié mais somme toute, si ce rip peut faire quelques heureux...
Le pourquoi du comment j'ai découvert ce groupe ne me revient pas tout de suite, certainement une divagation webistique puisque je l'avais acheté directement via le site du groupe, les types ayant retrouvés quelques exemplaires dans un grenier. Autant dire que ce n'est plus la peine d'essayer de le choper à nouveau via ce canal, le filon étant apparemment épuisé. Reste un type qui le vend (enfin, pour l'instant, essaye de le vendre) sur Discogs à un prix astronomique. Y'a de quoi faire la culbute sachant que le groupe devait les brader à 5 balles.
Bon et alors, keski y'a dans ces 2 sillons en définitive vous allez me dire. Ben, y'a ce que l'on peut entendre dans le lecteur ci-dessous. Moi ça aurait tendance à me faire un peu sourire et c'est déjà pas mal. Je me surprends même à m'en écouter une petite entre deux portes... "Nous les Craignoooos, Ouiiii jusqu'à l'ooooos".

Only release of this post-punk band from the South of France. See their website.




Télécharger / Download : Z. CRAIGNOS - Self-titled EP

dimanche 25 septembre 2016

WHEN WILL I BE FAMOUS Compilation CD (199?)

On continue dans la série des compilations françaises même si je trouve celle-ci vraiment en dessous de la précédente, peut-être parce que beaucoup plus orientée noise. Faut dire qu'une bonne dose de motivation est nécessaire pour rentrer dedans. Cela commence en effet par 3 titres dépassants les 4 voir 5 minutes chacun, majoritairement instrumentaux qui plus est, alors pour quelqu'un biberonné aux 1-2-3-4 des Ramones, l'entrée en matière est un peu rude.
Et je passe directement au 5ème groupe qui me parle un peu plus puisqu'il s'agit des Homeboys pour lesquels j'avais déjà posté leur EP sorti chez Panx. Un titre bien hardcore qui doit donc plutôt dater du début du groupe, ce qui nous permettrait de placer la sortie de cette compilation entre 1999 et 2000... parce que oui quand même, coup de gueule, pas une date sur la jaquette du CD, merde !... j'ai pas fait archéologie à la fac non plus. Ils pensaient à quoi à l'époque les types. Tiens, ça permet d'ailleurs de glisser le fait que le mastering de la compil est de Fab Process (Unlogistic), le graphisme de Ni2 (Upstairs People, on en re-reparle plus bas, 2 Letf Hands, Unlogistic encore !) et que le label Star Club semblait être en fait un fanzine dont personnellement je n'avais jamais entendu parlé mais bon, j'suis loin d'être une référence en la matière.
Pour finir avec les Homeboys, je ne peux que vous conseiller d'aller piller leur bandcamp sur lequel la majorité de leur discographie est en téléchargement libre (mais je me répète peut-être...).
Je m'aperçois qu'à ce rythme là, je n'arriverai jamais au bout des 18 groupes présents sur cette compil alors on va faire vite et en vrac en citant la présence d'Unlogistic (forcément), d'Upstairs People (donc), des stéphanois de Spit (faut toujours nommer les types de Saint-Etienne), des bisontins de Second Rate (faut toujours nommer les types de Besançon). Pour le reste, ça dépasse les 3'30", c'est donc hors de ma compétence.
Ah si, à noter quand même la présence des canadiens de The Weakerthans (avec des morceaux de Propagandhi dedans), bien perdu parmi tous ces frenchies...

18 French bands from hardcore to noise.




Télécharger / Download : WHEN WILL I BE FAMOUS Compilation CD

vendredi 9 septembre 2016

HIGGLEDY PIGGLEDY Compilation CD (1995)

Retour aux bonnes vieilles compilations des années 90's, thème qui semble inépuisable s'il en est.
Si sur le post du EP "Caen s'est tu ?" je m’interrogeais sur le fait de savoir si celui-ci avait été ou pas initié par Sir Michel Marc des Puffins (ex-Out of order), ici je crois qu'il n'y a aucun doute à avoir. Premier indice de poids, celui-ci est crédité pour la conception de la pochette, et pour lever toute incertitude, cette même pochette est réalisée par Axel Sandri. Il faut savoir qu'à l'époque, tous les visuels des Out of Order étaient estampillés de sa signature (enfin tous, je m'emballe peut-être un peu là mais en tout cas ils semblaient comme cul et chemise ces deux-là). Les bases étant posées, ouvrons la bête.
Cette compilation ne sera pas à mettre pour une fois dans la catégorie "fourre-tout" comme cela était souvent le cas. Dans fourre-tout j'entends par-là que la scène française n'était pas aussi cloisonnée il y a 25 ans qu'elle peut l'être aujourd'hui. Cela se ressentait sur les compilations où le punk, le hardcore, la noise jusqu'à la pop (la vraie) se côtoyaient gentiment.
Certes, nous avons ici tout de même notre lot de trucs un peu plus "weird" que le classique couplet-refrain en 4-4 à 160 bpm. Les Near Death Experience et ben euh... expérimentent, les Dickybird apportent une bouffée de fraîcheur à mi-distance et les Tilt Up (un des grands inconnus de cette compilation) s'affichent en tant que dépressifs de la bande avec une mélodie à moitié pompée sur ce cher David "R.I.P." Bowie.
Pour le reste, ça a tendance à faire quand même dans le "pas le temps" voir le "casse-toi pauv' con" pour reprendre l'expression d'un très mauvais philosophe.
Pour finir la série des "jamais entendu parlé de ceux-là", les rennais de Rusty Bars emballent le tempo d'entrée alors que Over Ten Inches (prétentieux va) décide immédiatement de calmer le jeu. Les Booby Traps, transfuges des non moins obscures Primitives s'adonnent à un punk-rock très angevin, et les Hold décident de passer totalement inaperçus. J'aurai bien mis les Vybs dans le lot des illustres inconnus si votre oreille aiguisée n'avait pas déjà remarqué qu'ils étaient déjà présents sur le EP "Caen s'est tu ?" cité plus haut. Même punition pour les No Fun Allowed qui semblent, d'après leur riff guitare, avoir un peu trop écouté Devo.
Dans la catégorie "à burnes", c'est encore Rennes qui tient ici le haut du pavé avec les légendaires Mass Murderers et les champions toutes catégories du chant burger j'ai nommé les Stormcore.
Pour finir, place donc au punk mélodique (mais pas que) des Out of Order qui ne nous gratifient pas ici de leur meilleur morceau mais qui leur en voudra, et pour finir la machine de guerre Burning Heads avec un titre live issu de leur deuxième album Dive.
13 titres en tout, ce qui est plutôt dans la moyenne basse des compilations de l'époque mais au moins celle-là on ne tire pas la langue pour l'écouter jusqu'au bout.

13 French bands mainly in the melodic punk and hardcore style.




Télécharger / Download : HIGGLEDY PIGGLEDY Compilation CD

vendredi 26 août 2016

EXXON VALDEZ - Unreleased fever by professional wankers 10" (2001)

La limite entre blog disons d'archive ou de découverte et le vulgaire pillage en règle est souvent très mince. Au bout de combien de temps peut-on considérer que l'on ne fait plus de tord aux groupes ou aux labels en postant un skeud ? En voyant que celui qui nous intéresse aujourd'hui datait de 2001, je me suis dit que c'était peut-être un peu tôt mais quand on réfléchit, 15 ans quand même putain, il est grand temps de se dire que les années 2000 sont derrière nous. Et puis allez quoi, il y a peu de chance que Lollipop Rds vende encore ce disque à tour de bras et que je suis en train de trucider leur vache à lait. En tout cas, sachez que le label a toujours sa boutique sur Marseille, vend toujours par correspondance et semble même avoir à nouveau des velléités à sortir des productions puisqu'ils ont estampillé le dernier Cowboy From Outerspace l'année dernière après 6 ans de pause.
Et mine de rien, ce fût du boulot de ripper ce disque, c'est toujours le cas avec un vinyle mais là, les strasbourgeois ont réussi à nous mettre 18 titres sur un 25cm, qui plus est avec des transitions millimétrées entre chaque morceau, une vraie galère. Bref, je suis pas là pour me plaindre. Et le combo ne doit pas être du genre à s'excuser. Ca bastonne comme aux meilleures heures des Zeke. Les 2 faces sont torchées en moins de 20 minutes.
Il me semble avoir chopé ce 25cm lors d'un de leurs concerts en première partie des Hellacopters alors oui, y'a des morceaux de rock'n'roll dedans mais point de masturbation de manche, point de solos aigus interminables, on penche largement plus dans le punk que le heavy. Cela me rappelle un tantinet (si si) les tout débuts des Shaggy Hound, surtout au niveau du chant, enfin un tantinet quand même.
A noter la superbe pochette ouvrable qui semble sérigraphiée, avec toute l'iconographie rock'n'roll à l'intérieur. Si il y a des collectionneurs de 10" (y'a des collectionneurs de tout alors pourquoi pas de ça), il ne faut surtout pas hésiter à se jeter sur l'objet toujours chopable pas cher. En plus, cela soulagerait un tant soit peu ma conscience...

Furious French punk'n'roll band from Strasbourg. 18 tracks in less than 20 minutes.




Télécharger / Download : Exxon Valdez - Unreleased fever by professional wankers 10"

vendredi 12 août 2016

2 LEFT HANDS - Boublair Session Demotape (1995)

On continue avec les petites pépites partagées par Sir C. et on reste en région parisienne avec cette démo de 2 Left Hands, rare témoignage de l'existence du groupe puisque qu'hormis cette K7, ils ne semblent avoir laissés de trace que sur la compilation Opposite Run et le split EP avec, tiens donc, Upstairs People.
Très peu d'infos donc sur le groupe et ça tombe bien, c'est l'été et tout le monde a bien mieux à faire que de passer son temps sur internet. Pour ceux qui seraient passés totalement à côté du combo à l'époque, il suffit de cliquer sur le lecteur soundcloud ci-dessous pour se faire une idée, pour les autres, ils sont sûrement déjà en train de décompresser le fichier.
Ah si tiens, on pourra juste noter une énième consanguinité dans le groupe avec les Upstairs People et autres Unlogistic, preuve si il en est que le cercle des musiciens tendance melo-emo-harcore n'était pas si large à l'époque.
Et les plus tatillons d'entre vous remarqueront certainement que le fichier ne contient que 5 titres alors que la page discogs en dénombre 7, idem dans l'insert de la K7. D'après cette dernière, les 2 absents semblent être des instrumentaux puisque les paroles y sont absentes. Bon, au début je me suis dit que c'était une petite erreur de découpage de la part de Mr C. mais en écoutant attentivement, le boulot semble bien fait. Un véritable mystère à la Pierre Bellemare qui m'aura au moins permis de rajouter quelques lignes à ce post bien maigrichon.

An other melodic hardcore band from the suburb of Paris close to Upstairs People (see previous post).




Télécharger / Download : 2 Left Hands - Boublair Session Demotape

lundi 11 juillet 2016

UPSTAIRS PEOPLE - (almost) Complete discography

Je n'ai pas l'habitude de poster des trucs qui ne proviennent pas de mes propres rips mais pour qu'il y ait une règle, il faut bien des exceptions. Après tout, même la constitution américaine a ses amendements. Et lorsqu'il s'agit d'incontournables et qu'en plus j'ai la bénédiction de la source, je ne vais pas me priver.
Pour les curieux qui liraient un tant soit peu les commentaires, c'est au fil d'une conversation avec Mr C. (pseudonyme parmi d'autres !) sur la scène d'Aunis et Saintonge que ce dernier m'a gentiment proposé de me ripper quelques vieilleries hexagonales.
Les parisiens d'Upstairs People, je les avais déjà évoqués ici et , mais je n'étais pas vraiment bavard à l'époque. Et je me rends d'ailleurs compte que j'ai encore la compil EP de chez 21 Again Rds ainsi que la When will I be famous ? à poster si je veux être plus ou moins complet sur ce groupe.
Les Upstairs People, on a l'impression qu'ils ont squatté un bon moment la scène Melodic HC française tellement ils ont été encensés par leurs pairs, preuve en est le tribute qui leur a été dédié peu de temps après leur séparation. Lorsqu'on y regarde de plus près (pas trop, presbytie oblige), on s'aperçoit que leur discographie tient en fait sur 2 années. Et hormis quelques titres sur des compilations, ils n'ont pas réussi à passer le cap de la demo, ce qui rend aujourd'hui le travail d'archéologie plus compliqué. Raison de plus pour s'y mettre à plusieurs afin d'être plus ou moins exhaustif.
Passons à table. Mr C. nous propose donc les 2 K7 sorties par le groupe en 96 avec tout d'abord la démo éponyme ou "Self-titled", je ne sais pas trop comment l'appeler puis le "Live et fines herbes" dont le jeu de mots plus que tiré par les cheveux a le mérite de nous faire tout de suite comprendre qu'il s'agit... d'un live ! A noter sur cette dernière la reprise des DDT, groupe de Pierre avant qu'il ne forme les Burning Heads (et dont je vous dois encore le deuxième EP il me semble...).
Pour être aussi honnête que Mr. C, il manque la fin du titre "Raccord" sur la première K7... à moins que ce ne soit justement un pied de nez du groupe...
De mon côté, je vais compléter le tout avec une autre demo 9 titres qui traîne sur mon disque dur. Je ne me souviens plus d'où je la sors celle-là et ne sais pas vraiment où la placer dans la discographie du groupe. Ce que l'on peut dire c'est qu'elle contient les 4 premiers titres listés comme "démo" sur leur K7 compilation "The Uncanny Upstairs People". Le reste pouvant bien provenir de divers répétitions.
Pour finir sur une note people, après leur séparation une bonne partie du groupe fusionnera  avec des ex-Hole Process pour former les Unlogistic.

3 K7 releases from the kings of French 90's Melodic Emo HC.


Télécharger / Download : Upstairs People - Self-titled Demotape

Télécharger / Download : Upstairs People - Live et fines herbes K7

Télécharger / Download : Upstairs People - Unknown Demotape

dimanche 26 juin 2016

FACHONS LES FACHOS ! Compillation 2xEP (1995)

Encore un bel objet du label stéphanois NRV à qui l'on doit également dans la même veine la compilation Désintégrons les intégristes. Même recette ici, à savoir un double EP colorés regroupant la fine fleur de la scène française de l'époque. Bon, tous n'auront pas eu une "carrière" époustouflante mais c'est bien l'intérêt de ce genre d'objet, mêler valeurs sûres et découvertes parfois surprenantes... parfois décevantes faut bien le dire aussi.
On va commencer par les piliers des 90's avec les incontournables Six Pack qui jouent ici à domicile. Toujours un emo-punk très classe, assez mal desservi ici il est vrai par une production un peu brouillonne mais n'est-ce pas une caractéristique qui colle au style, hein ?
En bon stéphanois, NRV a invité leurs voisins lyonnais de Garlic Frog Diet avec ici un titre ultra-rapide, alors que leurs autres prods se rapprocheraient plus de ce que font les Six Pack. Mais quand on sait que le combo est composé de briques de Haine Brigade et Parkinson Square, on s'étonne un peu moins. Je vous engage d'ailleurs à piller leur Bandcamp qui propose gratos (mais une p'tite pièce est toujours la bien venue) quasiment toute leur discographie.
Troisième poids lourd, les Clermontois de Real Cool Killers et leur rock garage un peu crade. Pas leur meilleur titre ici mais malgré un début poussif, on sent bien que les papys en avaient encore sous la pédale.
On terminera la revue des stars par les incontournables Burning Heads, carrés, classes, indémodables, juste parfaits. On aime ou on aime pas le punk californien, mais on ne peut pas détester les orléanais.
A côté de ces pointures, nous trouvons les Dummies pour lesquels je vous renvoie vers PNMT qui avait posté leur CD récemment (et en le relisant, je me rends compte que je n'ai pas l'insert de la compilation, ce qui aurait pu m'aider à trouver quelques infos).
Vaguement évoqués dans le post de sir Jolicoeur, les Electric Bottocks, pré-Servo, nous gratifient d'un truc un peu plus expérimental vite oublié. 
Retour à Saint-Etienne avec Bad Taste, beaucoup plus hardcore tendance "lourd" qui sortira notamment un EP chez Panx et participera à moultes compilations.
Viennent ensuite les Silicone Damage et son chant féminin en français (et basque apparemment) pour lesquels nous pourrions trouver un petit air de Haine Brigade.
On termine par quelque chose d'un peu plus rock-garage-punk avec les Naked Beast, bruyants, décousus, pas désagréables mais pas vraiment inoubliables.

9 French bands from the 90's with some famous ones as Burning Heads, Six Pack or Garlic Frog Diet.





Télécharger / Download : FACHONS LES FACHOS Compilation 2xEP

vendredi 10 juin 2016

NEVER GET PLUGGED Compilation CD (1995)

A la demande générale... d'un régional de l'étape, nous allons parler (un peu) de cette compilation qui pourrait être la suite de Never Get Older déjà posté ici même. Cette dernière étant estampillée "vol. 1" et les similitudes dans l'aspect générale des pochettes des 2 skeuds étant plus que flagrantes, on peut raisonnablement s'attendre à la même recette. C'est sans compter le clin d'oeil du titre, référence sans nul doute au MTV unplugged de Nirvana sorti un an plus tôt et inspirateur s'il en est de cette sortie du fameux label de Nouvelle-Aquitaine (qui bien avant tout le monde avait posé les bases du mariage des Charentes et du Bordelais...).
Pour les trois au fond qui ne suivent pas, disons en clair que les 18 groupes présents ici n'ont pas eu à faire chauffer leurs amplis, ça joue folk, ça mange des marshmallows au coin du feu et c'est loin de sentir la sueur. L'idée est certes aujourd'hui éculée, et certainement déjà à l'époque, mais ça au moins le mérite de piquer la curiosité.
Je ne vais pas me lancer dans une liste à la Prévert (merci à The Bartlebees pour l'inspiration) mais on notera tout de même la présence du noyau dur du label avec les Supercute, Dog Shop, Liquid Team, Sleepers et autre Seven Hate.
Nous avons également droit à notre lot de reprises de tubes interplanétaires avec le Into the groove de Madonna par les Skippies et le Overkill des MotorRIPhead par D.I.T.
Pour finir, mention spéciale pour les toulousains de Greedy Guts et leur instrumental surf à faire pâlir les Shadows, titre emballé en moins de 2 minutes qui fait du bien à des oreilles peu habituées à rester concentrées jusqu'à plus de 5 minutes comme l'impose l'écoute de ce skeud.
Et mine de rien, on a de beaux ânes dans le Poitou.

18 punk, noise or emo French bands give up their amps trying to make their folk guitars shout.




Télécharger / Download : NEVER GET PLUGGED Compilation CD


vendredi 27 mai 2016

CRABS ! - Self-titled LP (1987)

On ne peut pas dire que j'ai beaucoup alimenté la partie "Other stuff" du sous-titre du blog. Un certain Sto dirait que c'est parce que je ne suis pas assez ouvert musicalement... après ce post, je suis persuadé qu'il va dire qu'en fait, il vaudrait mieux que je ne m'ouvre pas trop.
Mais bon, j'ai quand même une bonne excuse. Des groupes nationaux de psychobilly, je peux de tête en nommer pas plus de quatre... mais presque autant s'ayant essayé au style dans ma petite ville d'adolescent en province. Pas moyen d'y couper à l'époque. Heureusement que cela n'a été qu'un feu de paille, je crois qu'en même pas 2 ans on en entendait déjà plus parler, ils s'étaient tous reconvertis dans le punk-rock... ouf !
Et en France, on ne se refait pas. Faut toujours qu'on rajoute un côté franchouillard lorsqu'on essaye de s'approprier un style. Le psychobilly hexagonal ne fait pas exception. Que ce soit les Washington Dead Cats, les Vierges ou ici les Crabs !, on a tout de suite plus l'impression d'écouter un groupe de rock alternatif que de psychobilly. En même temps, on ne va pas regretter la faune qui traînait (et doit toujours traîner) dans les concerts de psychobilly. J'ai d'ailleurs jamais vraiment trop compris pourquoi ce genre musical, qui se veut apolitique, draine autant de "personnes louches" dirons nous... Leur technique dans un lieu nouveau est d'y venir en petit nombre, sans faire de vagues, tâter le terrain, et si il n'y a pas la présence d'esprit de rapidement les foutre dehors, cela devient vite leur repère. Peut-être que le j'm'en-foutisme des débuts du psychobilly lui a été fatal.
Attention : Pour les puristes, ma version de l'album est la réédition de 2002 sortie sur le label allemand Crazy Love Rds et non celle sortie initialement chez Boucherie Prod, le son ayant été remastérisé entre temps.
Allez, un petit peu de "que sont-il devenus" pour finir. Discogs nous apprend que le guitariste a fondé le célèbre disquaire lyonnais "Dangerhouse", que le batteur aurait ensuite joué dans Sale Défaite... et puis c'est tout. En creusant un peu on s'aperçoit que le batteur est derrière les fûts du Peuple de l'Herbe et que la contre-bassiste a continué son art dans des spectacles théâtraux. Le chanteur originel quant à lui quitta le groupe vers 1988 pour s'adonner à l'opéra !
Et pour vraiment terminer, un lien vers youtube pour un témoignage vidéo avec ce qui semble être leur second chanteur... témoignage plutôt à charge vue la qualité du titre... Allez, faut pas insister les gars.

Unique album from one of the best known psychobilly French band.




Télécharger / Download : CRABS ! - Self-titled LP

dimanche 8 mai 2016

THE NEW WIND - We're just as hype as you are CD (1992)

Qui ne se souvient pas du zine Violence ? Incontournable au début des années 90, épais, bourré à craquer d'interviews, scènes reports et autres chroniques, arghhh, que de découvertes grâce à eux. Le fanzine tenu par Patrick "TAD" Foulhoux (dans le désordre : Spliff Rds, Shit For Brains, Rock Sound, ...) et Frank Frejnik (toujours dans le même ordre aléatoire : Slow Death Rds, Rock Sound, Punk Rawk, ...) n'a pourtant pas été aussi prolifique d'un Earquake ou eu la longévité d'un Dig It mais il a toujours constitué une référence. Et bien tous les numéros sont disponibles en téléchargement à l'adresse suivante, avec en prime le rip des 4 compilations sorties par le label entre 1990 et 1993... une bonne façon de se rappeler qu'il n'y avait pas que du bon en France côté rock !
Vous allez me dire, quel est le rapport avec The New Wind qui nous intéresse ici ?! Et bien c'est en feuilletant électroniquement le numéro 5 de ce fanzine que je suis tombé sur une interview du combo scandinave. 2 pages rien que pour eux suite à la sortie de leur 2ème EP. Si les gaziers du fanzine me semblaient plutôt conquis par le groupe à l'époque, moi j'étais resté mi-figue, mi-raisin (mais quand même plus proche du raisin...). En réfléchissant un peu, si l'on se remet dans le contexte de 1991, c'est vrai que des groupes jouant ce punk-rock ultra rapide et sautillant, et bien ça courait pas les salles de concert, surtout en Europe où c'est plutôt vers 1993/94 qu'explosera le style "à la Burning Heart Rds".
Tout cela fait donc une bonne raison de réécouter leur album pour se faire une opinion enfin tranchée. Bon, on va pas être beaucoup plus avancé en fait. Déjà, on peut dire que c'est un peu un album fourre-tout dans lequel on retrouve quelques titres réenregistrés des 2 premiers EP (dispo sur le blog) et de morceaux dispercés ça et là sur des compilations. C'est gentil de gaver le CD de 21 titres mais à force, ben c'est un peu long... Allez, on va en vrac leur reprocher la production bien trop lisse (ça fait penser aux prods de 7 Seconds fin 80, c'est pour dire !), certaines envolées lyriques ridicules (ah ben tiens, on peut toujours rapprocher ça des mêmes 7 Seconds !), et ce côté parfois beaucoup plus rock que punk des compos (oui oui, toujours !). En fait, ils restent bons dans ce qu'ils savaient faire sur leurs EP : un hardcore ramonesque rapide et stupide, ce qu'on pourrait rapprocher de ce que fera un peu plus tard leurs compatriotes de Venerea ou Astream. Ils ont vraisemblablement voulu grandir trop vite, apparemment ils ne s'en remettront d'ailleurs jamais puisqu'ils semblent avoir complètement disparus après la sortie de ce CD.

Maybe one of the first European band playing a fast and happy Ramone-style music, several years before all the Burning Heart crew. This album is however with more rock influence and less fast than their two first EP available here and here.


Télécharger / Download : THE NEW WIND - We're just as hype as you are CD

mardi 26 avril 2016

URIN 8 - Bizarresque EP (1992)

Ce disque n'a aucun intérêt. Enfin, de prime à bord, comme ça là, c'est pas évident.
Tout d'abord parce qu'il ne contient qu'un seul titre... enfin soyons précis, deux versions d'un seul titre. Mais soyons encore plus précis, la face B est inaudible pour quelqu'un qui a pris soin de ses oreilles en réussissant à les tenir éloignées de toute discothèque durant des décennies... bon ok, disons pas de discothèque à moins de 2 grammes d'alcool dans le sang et avec la perspective plus ou moins raisonnable (en prenant en compte les 2 grammes cités juste avant) de conclure avec la fille que vous collez depuis le début de la soirée.
Mais reprenons. Nous avons donc affaire là un disque tout jaune avec marqué "special remixes" dessus... pas très engageant. On creuse un peu et l'on s’aperçoit que le "I'm gonna get you" mis à l'honneur ici est à l'origine (faut pas remonter très loin non plus puisque l'original date de la même année) un titre du groupe Bizarre Inc. (avec Angie Brown en featuring s'il vous plaît... ok, pas mieux). Hop un p'tit coup de youtube, une p'tite pub de Groupama pour commencer et enfin on découvre le bijou qui mérite à lui seul 2 jours de studio et le pressage de 1000 galettes de pétrole.
Donc effectivement, c'est bien une grosse merde de techno, symbole d'une décennie 90 sacrifiée sur l'autel de la facilité (hein ?! quoi ?... et les années 70 alors avec le punk 3 accords ??... rien à voir). On nous avait déjà pourri nos années 80 avec le jean neige, ça commence à faire beaucoup là.
Alors qu'est-ce qui a pris à Vinyl Solution (qui se cache derrière le "Vinyl Pollution" indiqué au verso mais qui ne trompe personne) de sortir ce euh, cette, mmmm, chose...
Bon, c'est vrai que la face A n'est pas mal du tout, le cover façon punk mélo anglais bien speed est plutôt agréable mais moi je me ramène dans leurs bureaux la gueule enfarinée avec une reprise solide de Confetti, j'suis pas persuadé qu'ils signent tout de suite en bas à droite. Alors quoi ?!... c'est le pape en personne qui est venu taper à leur porte ?? Ah ben pas loin en fait. Tout s'éclaircit grâce à seulement deux mots en caractère gras au verso : Duncan Redmonds. En délicatesse avec Snuff et Guns'n'Wankers pas encore sorti des cartons, Sir Duncan a apparemment décidé de se détendre un peu avec son acolyte Simon Wells.
Reste à expliquer le jeu de mot "Defac 8 mix" sur le verso... car ok pour le "Masturb 8 mix" ça, un enfant de, disons 12 ans, peut comprendre, mais l'autre là j'vois pas moi.
Mr Meantime avait déjà posté cet EP y'a pas mal de temps avec tout un tas d'autres EP des Snuff mais bien entendu le lien est mort, ça fera une bonne piqûre de rappel pour ceux qui l'aurait loupé.

Ephemeral project of Duncan Redmonds and Simon Wells from Snuff, consisting of a cover of a song originally performs by the band Bizarre Inc.
On side B, the original song is (badly) remix by a DJ.




Télécharger / Download : URIN 8 - Bizarresque EP

jeudi 7 avril 2016

PUNK ROCK 97 Compilation (1997)

Coincée entre Dialektik au nord, Vicious Circle au sud et Total Heaven à l'est, c'est vrai qu'il n'y a jamais vraiment eu de label digne de ce nom sur La Rochelle. Il y a bien eu quelques embryons avec Road Track qui, après un EP compilation offert avec le numéro zéro du fanzine Tears are coming, servi surtout de prétexte à la sortie du premier album des Weak en Vinyle. 
Une autre tentative avait été Upsetter All Star, drivé par les membres des Tommy Guns. Beaucoup plus DIY, le label sortait surtout des CDr il me semble (une série de compilation, Flying Over, The Janitors, ..., et bien sûr les Tommy Guns).
La troisième tentative fût donc cet EP du label Start Rds qui, si l'on fait confiance aux adresses indiquées au verso et à ma mémoire, avait été lancé par FX des Guzzlers (notamment) et l'ineffable Prof qui doit encore dire quelque chose à plus d'un du côté du marché... Malheureusement, malgré le "vol. 1" mentionné sur la pochette, il n'y aura jamais de volume 2 et le label disparaîtra aussi vite qu'il est apparu.
N'en boudons pas moins notre plaisir car le menu est alléchant. Le rochelais étant pour le moins fainéant, les deux gaziers n'ont pas été bien loin pour faire leurs courses. Et comme on est jamais mieux servi que part soi-même, on retrouve ici un titre des Guzzlers, Ça, c'était pour le côté garage du skeud.
Avec les TV Killers, il n'a pas fallu courir bien loin non plus, à moins que ceux-ci avaient déjà migré sur Bordeaux en 97... En tout cas, le combo revisite le Bomber de Motörhead à leur sauce punk 77, en réussissant le pari de dégraisser le mammouth d'une bonne minute, autant dire que cette version est vitaminée comme il faut.
De toute façon, il fallait bien y aller à Bordeaux pour retrouver les plus gros branleurs que le petit monde du punk-rock français n'est jamais connu en la personne des Jerky Turkey. Encore une petite bombe de 2 minutes de la meilleure période du groupe, c'est-à-dire avec le bassiste originel, preuve vivante (enfin j'espère) que l'on peut être à la fois un fan inconditionnel des Groovie Ghoulies et du gin/kas.
Et comme La Rochelle / Bordeaux, ça en fait déjà pas mal de route, on ne va pas aller plus loin pour découvrir les Elcamino... enfin il me semble qui sont de Bordeaux mais en fait j'ai un doute là... Bref, certainement le groupe le moins connu de ce skeud qui n'a apparemment sorti qu'un EP. Chant féminin et riff saccadé répétitif, ça sent un peu le rock 70's remis à la sauce actuelle. Difficile de se faire une opinion sur un seul titre mais c'est loin d'être désagréable.

Reunion of the French stars of punk-rock (Jerky Turkey), garage-punk (Guzzlers) and 77 style punk (TV Killers). To complete the EP, a song from an unfamiliar band called Elcamino.




Télécharger / Download : PUNK ROCK 97 Compilation EP

vendredi 25 mars 2016

SHAGGY HOUND / NEAR DEATH EXPERIENCE - Split EP (1994)

Je crois que maintenant je n'ai même plus besoin de préciser que ce skeud est issu de l'excellente série de splits orchestrée par Uncontrolled Rds. Votre œil aguerri à peine posé sur la pochette ayant reconnu le bon goût du label périgourdin. Il faut dire que là, niveau graphisme, on a je crois la plus belle réalisation de la série. Si le travail de Moulinex est encore une fois impeccable, que dire de la perle proposé par Besseron sur la face de NDE. Après, on est dans le subjectif lorsqu'on parle d'art et moi j'y connais que dalle mais ch'sais pas cette pochette, le jeu des 4 couleurs, le mélange du dessin avec l’œil qui provient certainement d'une photo retravaillée... bref, on est pas là pour parler chiffon mais quand même.
Commençons par ce qui semble, d'après le côté de l'ouverture de la pochette, être le commencement, c'est-à-dire les toulousains de Shaggy Hound. Un Shaggy Hound "1994" je suis tenté de dire, en tout cas période 1er EP, pré-Butterfingers MCD quoi. Encore totalement sauvage, avec cette guitare rentre dedans qui fait le charme des premières productions du groupe (p'tain de démo si mes souvenirs sont exacts, si quelqu'un a toujours ce bijou par hasard...).
Je parlais il n'y a pas si longtemps de ça dans un autre post du fait qu'aujourd'hui les "petits" concerts semblent de plus en plus désertés... et bien il suffit que je me rappelle ce concert des Shaggy Hound en pleine après-midi dans une sorte de brasserie à Poitiers pour relativiser la chose... ils avaient réussi à se faire plus ou moins un peu de place en déplaçant tables et chaises sous l’œil (c'était le mot à placer 3 fois dans le post... ça c'est fait) indifférent du marchand de bière présumé propriétaire des lieux. Tout ça pour se retrouver à jouer devant 3 pélos (littéralement 3 !). Comme quoi, les choses n'ont pas vraiment bougé en 20 ans en fait.
Cela va être plus difficile de vous parler de Near Death Experience qui oscille plus entre noise et indus. Vous avez un bon résumé de leur carrière ici et lorsqu'on rajoute qu'ils ont eu des accointances avec les Burning Heads (les deux étant d'Orléans, forcément...) en créant le projet Burning Experience, et bien je crois qu'on aura fait le tour... en tout cas de mon côté.
Ah si, on ne le dira jamais assez... 1 titre par face, c'est vraiment trop peu !!

An other brillant sleeve from Moulinex and Besseron for this split from the serie initiated by Uncontrolled Records. Punk-rockers Shaggy Hound from Toulouse meet the indus-noise sound of Near Death Experience from Orléans.




Télécharger / Download : SHAGGY HOUND / NEAR DEATH EXPERIENCE Split EP

jeudi 10 mars 2016

BASH ! - We are the boys EP (2000)

Le français n'est vraiment pas une langue taillée pour le punk-rock. Quoique. C'est vrai que la période punk alternatif n'a pas vraiment aidé les générations suivantes à emboîter (je crois que j'ai le droit d'écrire emboiter sans chapeau maintenant, même (ou mème) si le correcteur d'orthographe de Google ne semble pas encore avoir assimilé la réforme de l'orthographe) le pas. Mais depuis que Guerilla Poubelle a décidé de remettre la langue de Molière au goût du jour, c'est sans complexe qu'une ribambelle de groupes osent enfin sortir du bois, l'écume (des jours) aux lèvres. Et on ne fera pas son vieux con sur le coup car c'est vrai qu'il y a de bons trucs chantés en français qui tournent actuellement, avec des paroles intelligentes, malines, et bien servies par une musique solide derrière. Bref, l'espoir renaît (c'est vrai qu'ils ne servent à rien ces putains de chapeaux...) que la French touch reconnue à travers le monde ne se cantonne plus à la soupe insipide servie par nos DJs nationaux (pour le pays de la gastronomie, c'est un comble).
Et bien non, Bash ! ne sont pas français, et ne chantent pas non plus dans notre bonne vieille langue romane mais ils viennent d'outre-Rhin. Et là-bas aussi, on ne peut pas dire qu'ils aient été gâtés (pfff, ça devient pénible tous ces chapeaux) par la tessiture de leur langue. Le dilemme doit être grand pour eux également, s'aventurer à trouver des rimes en "ich" et en "chaft" ou jouer la facilité en accolant "you" et "do" à tout bout de champ (et de chant). Et bien Bash ! n'ont pas dû (celui-là est utile de chapeau au moins) réfléchir bien longtemps, et ça tombe bien, c'est pas ce qu'on leur demande. Un coup en allemand, un coup en anglais, ça permet de diversifier un peu les rimes... et de ne pas se fermer trop de portes à l'international, et sur l'export, ils en connaissent un rayon les teutons. Si ce bilinguisme gardait une certaine cohérence chez leurs homologues de Wizo avec des titres plutôt mélodiques en anglais et qui grattaient un peu plus l'oreille dans la langue de Goethe, les Bash ! ont décidé eux de prendre le contre-pied en beuglant en anglais, à la façon d'un discours économique de Miss Thatcher, et de nous susurrer des mots doux en allemand ("doux" devant être entendu dans un contexte germano-germanique tout de même).
Cerise sur le gâteau , cherry on the cake, das I-Tüpfelchen, ils nous gratifient d'une reprise vitaminée du Let's go de The Adicts du plus belle effet. Vais peut-être aller passer mes prochaines vacances à Brunsbüttel moi.

German punk-rock band singing in their own language as well as in English.
Nice cover of Let's Go song from The Adicts.




Télécharger / Download : BASH ! - We are the boys EP

jeudi 25 février 2016

CONCRETE IDEA - Skate naked Demotape (1992)

Si l'on se replace dans les années 90 quand la France comptait encore 26 régions, on peut sans hésiter affirmer que la région Centre était le fief du punk mélodique avec l'axe Tours-Blois-Orléans (pour les provinciaux, dans le sens inverse pour nos amis parisiens) et ses trois représentants emblématiques Burning Heads, Bubble Beer et les Concrete Idea qui nous intéressent ici. C'est un vent frais venu de Californie qui soufflait là-bas à l'époque. Si les premiers nommés proposaient déjà quelque chose d'abouti qui présageait de leur carrière, les 2 autres fonçaient tête baissée dans ce style naissant en Europe avec les hésitations d'un girafon à peine né (ne me demandez pas le pourquoi du comment de cette métaphore...). Dessins potaches, blagues Carambar et paroles juvéniles faisaient encore partie du jeu, comme un héritage de notre bon vieux punk alterno des années 80, ou alors l'influence des australiens des Hard-Ons avait déjà déferlé sur notre vieux continent.
Le cocktail des Concrete Idea, c'est beaucoup de plans différents dans un titre, histoire de casser un peu le schéma couplet-refrain et ainsi s'aventurer au-delà des 4 minutes, terre bien mystérieuse pour tout punk-rocker qui se respecte. Faut dire qu'on sent bien qu'ils se cherchent encore les 4 gaziers sur cette demo. La voix est tremblante, les solos un peu bancals et les structures hésitantes. Et c'est certainement tout cela qui fait que ce soit aussi jouissif.
En plus des 4+1 titres originaux de la demo (le +1 pour un accoustique... anécdotique qui n'est pas sans rappeler le "touchez pas à la mer" de leurs camarades poitevins Seven Hate) , la cassette contient 2 titres supplémentaires, disons "studio", dont le "One more dream" que l'on retrouvera sur le split EP partagé avec les Portobello Bones.
Le quatuor restera actif jusqu'au milieu des années 90 avec une autre démo à son actif (introuvable à ce jour de mon côté... help !) et quelques titres ici ou là sur diverses compilations et splits.
Au niveau arbre généalogique, on retrouvera certains membres chez les Happy Campers ou plus récemment, et toujours actifs, Panic Motel qui reprennent même encore l'un des titres des Concrete Idea. Il semble également que certains auraient fait des apparitions chez les Portobello Bones ou autres No One Is Innocent mais là va falloir croire Discogs sur parole...

French juvenile melodic punk.





Télécharger / Download : Concrete Idea - Skate naked Demotape

vendredi 12 février 2016

病原体 VIRUS COMPILATION JAP LP (1988)

Y'a des skeuds comme ça, qui vous marquent à jamais même si vous ne les avez jamais vraiment usés jusqu'à la corde, même si en fin de compte, ce qui sort de ces 2 sillons, ce n'est pas forcément votre tasse de thé. Et dans mon cas, parmi d'autres il y a celui-ci. C'est vrai que le hardcore gueulé à fond la caisse, j'ai rarement pu supporter ça plus de 10 min (à part peut-être avec les Fartz, allez savoir pourquoi !!). Dans ce registre de compilation, ma limite du supportable à l'époque devait être Hardcore Evolution, également chez Jungle Hop.
Le fait que ce disque m'ait autant marqué restera donc un mystère. Je devais peut-être me demander quel était l'intérêt de sortir une compilation d'obscures groupes nippons qui hurlent à 220 bpm, ou alors simplement l'effet de cette pochette un rien hypnotique. En tout cas, je l'ai laissé de côté un bon nombre d'années et en la réécoutant lors du rip, et bien j'avoue n'avoir pas vraiment de souvenir côté audio... J'ai dû pourtant l'écouter un paquet de fois pour en avoir un tel souvenir... ou alors mon cerveau fait vraiment un blocage sur ce genre de zik !... Ah si, je me rappelle juste le thème de Pink Panther massacré par Mad Conflux ! Après une thérapie de plusieurs années, je ne trouve plus ça si inaudible de cela, y'a même des trucs plutôt bons, pas tout faut pas pousser, mais quand même.
Ce qu'elle a de bien également cette compilation, c'est qu'elle est le parfait contre-exemple d'un truc qui m'agace : les liens morts sur les blogs. Enfin, c'est pas les liens morts en soit mais plutôt les blogs toujours actifs qui préfèrent poster des rips à la chaîne plutôt que de répondre lorsque l'on demande de ressusciter un lien. Quand on connait la durée de vie d'un lien sur le net, cela devient coton de choper des trucs intéressants (heureusement qu'il nous reste les sites russes !).  Il est où le service après vente bordel !! Tout part à vau-l'eau moi j'vous l'dit. C'est pourtant pas bien compliqué de refaire un upload, répondre même un court "new link ok" ou ch'sais pas quoi... en plus on récolte un "Thanks !" normalement. Moi j'vous donne même mon truc, j'utilise zippyshare qui supprime les liens au bout d'un mois sans download, et y'a un compteur du nombre de jours avant suppression pour chaque fichier. Alors je tri sur ce critère, je re-upload les fichiers qui vont mourir, et hop c'est reparti au pire pour 1 mois tranquillou. Franchement, c'est que dalle comme temps par rapport au rip et à l'écriture de toutes ces conneries (ok ok, les conneries on pourrait s'en passer...).
Bref, tout ça pour dire que le type de Brave New World, ben c'est un gars bien, il a pris le temps de re-upload tous ces liens y'a un an et y'a plein de trucs à dévaliser.
Par contre, ça c'est le truc chiant avec les gars bien. Il propose déjà cette compilation avec un lien qui marche. Ben ouais, ce qui a de bien avec les bloggers qui en ont rien à foutre, c'est qu'au bout de quelques mois, tu peux reproposer les mêmes skeuds ! Là normalement, j'aurai dû passer à autre chose mais j'avais envie de raconter ma vie alors je l'ai quand même rippé... au pire, c'est pas le même rip, les tatillons auront le choix comme ça...

16 pure hardcore songs from 7 Japanese bands. Compilation released by the famous French label Jungle Hop.




Télécharger / Download : 病原体 Virus Compilation Jap LP

vendredi 29 janvier 2016

SCREECHING WEASEL - Jesus hates you (1999)

On doit certainement avoir à faire ici à l'un des plus beaux visuels du groupe de Chicago... peut-être avec le EP Pervo-Devo. Il faut dire que c'est un peu sa marque de fabrique la provocation au père Ben Weasel. Parfois malgré lui il est vrai. Le plus bel exemple fût en 2011 lorsqu'il frappa 2 jeunes damoiselles pas très à jeun en plein concert. C'est qu'il faut pas rigoler avec ça outre-atlantique. Bon, je dis pas qu'il le faut non plus ici mais bon, y'a pas mort d'homme, ni de femme d'ailleurs. On est quand même censé être dans un concert de punk là, c'est pas le premier bourre-pif qu'une femme se prend dans de tels concerts non plus. Bref, hormis le fait que cela ait fait couler beaucoup d'encre dans le microcosme du punk-rock US et que la tournée du groupe ait été écourtée, les zicos s'étant désolidarisés du bon vieux Ben, et bien v'là t'y pas que les télés locales se sont emparées du truc ! Avec analyse des journalistes et interview des témoins !! P'tain qu'est-ce qu'on est bien quand même sur le vieux continent. C'est qu'on a le sang chaud dans l'Illinois. C'est pas pour rien que Screeching Weasel soit le seul groupe à s'être fait virer de chez Fat Wreck... ou alors c'était par solidarité avec son grand amis Joe Queers qui ne signerait pour rien au monde chez Fat Mike.
Tiens d'ailleurs, et on terminera là notre rubrique "passe tes journées sur Youtube" (ou Dailymotion pour les réfractaires à la bannière étoilée), puisque l'on parle de Mr Mike, on peut dire qu'il a réussi à garder un joli jeu de jambes malgré un certain embonpoint.
Bon et ce skeud alors ? Et bien 3 reprises au menu avec pour commencer celle du Fuck you des canadiens de The Subhumans (rien à voir avec les anglais du même nom mais sans le "The"), interprétation vitaminée plutôt réussie. C'est aux irlandais de Stiff Little Fingers et leur Suspect device de passer ensuite à la casserole. L'original est déjà en dessous de celle de nos descendants des Squamish et la reprise ne fait pas mieux, ni bon ni mauvais quoi. Pour finir, même amputée de deux bonnes minutes trente, le Dirt des Stooges paraît interminable... réservée aux aficionados de la bande à Iggy.
Un disque qui passe donc péniblement la moyenne, mais de toute façon ici le père Weasel ne redoublera jamais... à noter quand même que l'on retrouve ces trois titres sua la compilation "Thank you very little", le sourire et la chaleur du vinyle en moins...

The Chicago's kings of punk-rock cover 3 songs from The Subhumans (from Canada), Stiff Little Fingers and The Stooges.


Télécharger / Download : SCREECHING WEASEL - Jesus hates you EP

vendredi 15 janvier 2016

SCHMURZ-PILATION Compilation LP (1987)

Cette fois-ci c'est la bonne ! Après les mésaventures de ma première tentative, c'est bien la bonne production gravée sur le vinyle. J'ai retrouvé ce nouvel exemplaire chez le même disquaire que le premier mais cette fois-ci, c'est bien la compilation de 5 groupes toulousains qui sort de mes enceintes...
Je pense que je vais la faire courte (cette fois-ci !) car comme indiqué dans le post de l'époque, tout ce qu'il faut savoir, et même plus, se trouve sur le site toulouse-underground.org. On apprend notamment que le Schmurz (hormis la pièce de Boris Vian) est un certain Bilou et qu'il fait parti du line-up de 3 des 5 groupes ici présents.
Bon, si je mets Pin Prick de côté, il faut bien avouer que tout ce petit monde qui gravitait autour du Schmurz, ça ressemble un peu à une classe d'étudiants aux beaux-arts lâchée dans un magasin de musique. Sa lorgne pas mal du côté du punk arty tendance new-wave avec utilisation abusive de la boîte à rythme.
Si du côté du Bla Bla Schmurz Group ça reste relativement énervé et saturé, ça vire inexorablement vers la new-wave avec Jozefs et les Philles alors que chez les Swingle Garrote on se cherche encore entre les deux, en lorgnant même vers les Calamités sur le titre "The passion".
Pas de surprise avec les Pin Prick, le groupe le plus punk et le plus engagé de cette compilation, qui propose 5 titres plutôt meilleurs que ceux présents sur leur premier EP.
Si vous comptez bien, il nous reste donc à parler d'un groupe en la personne du Blob (de Le Blob ?!). Je passerai vite sur le titre "Corruption", bien trop reggae à mon goût, reste 2 autres titres qui tentent une excursion vers le rap-rock avec un "Blobdance" digne d’apparaître sur le Licensed to ill des Beastie Boys (d'autant plus que le début du riff semble être pompé sur le titre No sleep till Brooklyn, et même l'ensemble du morceau largement inspiré par ce dernier). Le quota gratuit sur Soundcloud n'étant pas extensible, ce titre est trop long pour être celui écoutable ci-dessous alors vous devrez télécharger la compilation pour l'entendre (ou bien sûr vous rendre sur le site cité ci-dessus...).

5 arty-punk-synth-new-wave bands from Toulouse.
Pin Prick are undoubtedly the more punk while Le Blog tries to rap-rock music. The last three, Bla Bla Schmurz Group, Swingle Garrote and Jozefs et les Philles oscillate between pop-punk, minimalist punk, and to reggae.




Télécharger / Download : SCHMURZ-PILATION Compilation LP

dimanche 3 janvier 2016

SNUFF - Kilburn National 27-11-90 Live LP (1990)

Je sais pas vous, mais moi je ne suis pas loin de penser que l'on touche au Graal avec ce live des Snuff. Un concentré de leur 3 meilleures prod, c'est-à-dire leurs 2 premiers albums (Snuffsaid et Reach) et leur maxi de reprises Flibbiddydibbiddydob. Et comme si cela ne suffisait pas, le son est tout simplement parfait... en tout cas pour un live, en tout cas pour les Snuff. Et quand je pense que j'ai failli passer à côté des Snuff... bon, certainement pas pour toujours mais ma première écoute fût le Flibbidy que je venais d'acheter chez le fameux (pour les gens du coin !) disquaire de Fontenay-Le-Comte. Et à l'époque c'était une expédition. Mon premier sentiment fût "bof", ouaip pas mal mais un peu mou et le son un peu lourd... tu m'étonnes, j'ai bien du passer 2 semaines à écouter le truc en 33t alors que c'est un maxi 45t ! Qu'est-ce qu'on est con des fois. C'est quand j'ai enfin daigné jeter un œil sur le rond central où il est inscrit en toutes lettres (je viens de vérifier) et chiffres "45 RPM" que ma vie a changé. Bon, peut-être pas ma vie mais en tout cas mon avis sur les Snuff. C'est suite à une nouvelle expédition au pays des mogettes et à l'achat du Snuffsaid que cela se confirma, et enfin totalement vérifié avec une expédition d'un pote au fameux (pour les gens de l'autre coin) disquaire de Saintes et l'écoute de Reach. Ca a dû se passer à peu près comme ça... ou autrement. Bref, si leur "retour" chez Fat Wreck après quelques années à s'essayer à autre chose ne m'a pas totalement convaincu, n'en reste pas moins qu'ils sortent toujours des albums plutôt solides.
Ce live jette également un pavé dans la mare (Gers pas loin oblige). Est-ce qu'un live doit être débarrassé des interminables blancs entre les morceaux ou font-ils partie intégrante de l'"oeuvre" ?!
Il faut le dire, c'est chiant parfois de se coltiner les blagues à deux balles qui plus est en anglais (peuvent pas faire des efforts pour qu'on les comprenne ces anglo-saxons...) entre deux morceaux, ça a tendance à casser la dynamique du truc je trouve. Perso, je pencherai du côté des bûcherons, à tronçonner allègrement ces passages intra-sillonnaires (non ça n'existe pas mais je ne savais pas comment finir ma phrase).
Tout ça pour dire que le père Duncan est bien trop bavard... Ca me rappelle le "Live! One plus one" des 7 Seconds qui est inaudible en définitif à cause des blancs bien trop longs entre les morceaux... à moins que ce soit le "Scream Real Loud... Live!"... oui plutôt celui-là, le premier cité étant tout simplement inaudible à cause de la set-list !
Ici, j'ai laissé tout tel quel de peur de me retrouver avec un contrat sur la tête commandité par les extrémistes du live intégral, mais ça laisse quand même un problème : où couper ? Les blancs et le blabla au début où à la fin des morceaux ?... Alors j'ai essayé de faire entre les 2, quand j'avais l'impression que c'était un introduction au morceaux qui suivait, j'ai laissé au début... ou pas. La prochaine fois, ça sera un fichier par face et pis c'est tout. De toute façon, il s'écoute d'une traite ce live... le Graal que j'vous dis.
Et un p'tit coucou à Phil sur le morceau en écoute plus bas !

The best release from the best UK melodic punk band.
This live contains songs from the 2 first albums and the Flibbiddydibbiddydob 12".